Rubriques




Se connecter à

A Monaco, où en est le droit à l'IVG?

Depuis 2019, le droit à l'interruption volontaire de grossesse est dépénalisé mais pas légalisé à Monaco. On fait le point.

Cédric vérany Publié le 01/07/2022 à 08:15, mis à jour le 01/07/2022 à 06:55
Dans un pays où le catholicisme est religion d’État, la question de la légalisation de l’avortement est épineuse depuis longtemps en Principauté. Photo Jean-François Ottonello

Dans un pays où le catholicisme est religion d’État, la question de la légalisation de l’avortement est épineuse depuis longtemps en Principauté.

Nécessitant de trouver un équilibre sur une ligne de crête entre l’évolution des sociétés modernes et les positions religieuses édictées par le Vatican.

La question a été en partie tranchée par le parlement monégasque en 2019, au moment du vote d’une loi pour dépénaliser l’avortement.

Depuis 2009, l’interruption médicale de grossesse pour cause de malformation du fœtus, de maladie ou à la suite d’un viol était légale.

 

Dix ans après, la loi votée en novembre 2019 a permis aux femmes monégasques qui ont recours à un avortement, que leur choix ne soit plus considéré comme un délit.

Pour autant la pratique n’est aucunement légalisée.

Pour les professionnels de santé, elle est clairement interdite et passible de poursuite et d’emprisonnement pour un praticien qui réaliserait cet acte sur le sol monégasque.

Dans les faits, les femmes confrontées à ce choix continuent donc d’aller pratiquer une IVG en France.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.