“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

A Monaco, cinq filles ramènent les fêtards alcoolisés chez eux

Mis à jour le 06/08/2019 à 11:50 Publié le 06/08/2019 à 08:15
Trois des cinq filles de l'association mobilisées deux nuit par semaine avec leur navette sur le port Hercule.

Trois des cinq filles de l'association mobilisées deux nuit par semaine avec leur navette sur le port Hercule. Photo Jean-François Ottonello

A Monaco, cinq filles ramènent les fêtards alcoolisés chez eux

Chaque week-end de l'été, de minuit à 5h du matin, l'association Be Safe Monaco va à la rencontre des personnes ayant beaucoup trop bu pour conduire, pour les inviter à monter dans leur navette pour les reconduire chez elles. Reportage sur la darse Sud.

"Ah Camille, ma chérie, tu es là!
- Tu as bu… Tu veux que la navette te ramène?
- Voilà, tu me fais la morale parce que j’ai bu?
- Non, c’est juste que tu ne dois pas prendre le volant.
- Je vais encore boire un verre à La Rascasse.
- Tu viens nous voir après ou alors tu prends un taxi pour rentrer, OK?"

Il est presque minuit, samedi 3 août. La discussion se déroule devant le MK, sur la darse Sud. "Camille", c’est Camille Gottlieb, la présidente de Be Safe Monaco. Avec deux autres membres de l’association, Laura Dias et Margaux Grundstein, et deux copains bénévoles, la fille de la princesse Stéphanie s’apprête à passer une nouvelle nuit à cet endroit stratégique où convergent les fêtards de la Principauté. Surtout les plus jeunes.

>>LIRE AUSSI. Les propositions des magistrats de Monaco pour combattre le fléau de l'alcool

"On a même un client fidèle"

Et là, jusqu’à 5 h du matin, elles iront à la rencontre des personnes les plus alcoolisées pour les convaincre de ne pas prendre le volant, de les ramener à la maison gratuitement avec leur navette, sur le territoire de la Principauté. "On va les démarcher, on discute, on voit dans quel état ils sont. On leur offre une bouteille d’eau et on propose de les ramener. Ça se passe toujours bien", assure Camille.

Grâce à un partenariat avec Monaco Parking, les filles leur remettront au passage un ticket offrant la gratuité du stationnement jusqu’à midi.

Tous les vendredis et samedis soir de l’été, Be Safe s’installe ainsi sur le port, entre La Rascasse et le MK. Impossible de les louper, avec leur kakémono arborant le logo de l’association, leur navette noire et leur bonne humeur. Elles ont entre 21 et 24 ans, portent le même polo noir floqué au nom de l’association. Camille Gottlieb, Charlotte Marsan, Andrea Puzar, Laura Dias et Margaux Grundstein se mobilisent à tour de rôle depuis début juillet pour ramener les fêtards chez eux.

"On a même un client fidèle, sourit Laura. Il s’appelle Gérard. On le trouve très souvent avachi près d’une jardinière, devant le MK. Il répond toujours que ça va très bien mais on le ramène à chaque fois chez lui."

Responsabiliser les établissements de nuit

Les cinq copines essaient aussi de responsabiliser les gérants de ces établissements. "On leur explique qu’il vaut mieux dire à leurs barmen d’arrêter de servir de l’alcool à des clients qui ont déjà beaucoup trop bu plutôt que de vivre toute sa vie avec la mort de quelqu’un sur la conscience", confie Camille.

Un exemple de bon comportement s’est déroulé le 23 juillet dernier à Fontvieille: un barman du Gerhard’s Café a refusé de servir un dernier verre à un jeune homme ivre et a prévenu la Sûreté publique qui a pu interpeller l’individu, quelques minutes plus tard, qui zigzaguait dans les rues de Monaco au volant d’une Ferrari, avec 2,54 g d’alcool dans le sang. "C’est encore beaucoup trop rare", regrette Camille.

Les établissements de nuit, même s’ils ont du mal à refuser de servir des clients déjà très alcoolisés, soutiennent les actions de l’association, en participant au financement de la location de la navette avec chauffeur. Be Safe met aussi à leur disposition des éthylotests qu’ils peuvent ensuite distribuer à leurs clients.

Trois idées pour faire bouger les choses

Des idées pour lutter contre l’alcool au volant, Camille Gottlieb et ses copines n’en manquent pas. La distribution d’éthylotests dans les établissements de nuit et la navette pour reconduire les fêtards sont les volets les plus visibles des actions de Be Safe Monaco. L’association mène plus discrètement une campagne de sensibilisation auprès des bars et boîtes de la Principauté, participe à des réunions avec la Sûreté publique pour solliciter une présence plus importante de policiers près des lieux de fête. Elle fourmille aussi de projets pour faire grandir cette prise de conscience en Principauté. Voici trois pistes.

>>LIRE AUSSI. Patrice Cellario, conseiller-ministre de l'Intérieur: "On ne prévoit pas de conduire si on prévoit de boire!"

1.Les taxis. La navette est un système coûteux, financé par les dons à l’association, les établissements de nuit et une subvention du gouvernement. Mais ce n’est pas une solution qui peut se développer. "En France, à Nice par exemple, les jeunes peuvent rentrer chez eux en Uber pour moins de 10€. À Monaco, les taxis sont trop chers pour ces courses, qui tournent autour de 15€. À 5€, tout le monde rentrerait en taxi", estime un bénévole.

Les parents. Camille Gottlieb : "Ma mère m’a toujours dit: “Tu peux boire mais ne prends jamais le volant après !” C’est une question d’éducation. On voudrait organiser des rencontres entre parents qui ont vécu un drame à cause de l’alcool au volant et d’autres parents."

Les jeunes. Be Safe Monaco envisage d’organiser des actions de sensibilisation dans les établissements scolaires de la Principauté. L’esprit : des jeunes parlent aux jeunes. Un ami du jeune Alexis qui a perdu la vie dans un accident de la route en 2017, présent lors du drame, pourrait venir témoigner dans les collèges et lycées. Pour faire passer l’indispensable message de prévention.

Comment est née l'association

Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2017, Alexis Jacquemond, 20 ans, décédait dans un tragique accident de la route, en rentrant chez lui après une soirée à l’hôtel Méridien. Ce drame a bouleversé toute la Principauté. C’est précisément cet accident qui est à l’origine de la création de l’association Be Safe Monaco.

"Alexis était un ami à nous, témoigne Laura Dias, l’un des cinq membres de l’association. Nous étions dans la même école. Nous avons tous été choqués par ce drame. On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose."

Trois mois plus tard, les cinq copines, parmi lesquelles Camille Gottlieb, la fille cadette de la princesse Stéphanie, déposent les statuts de l’association Be Safe Monaco, dédiée à la prévention de l’alcool au volant. Il leur faut un peu de temps pour s’organiser et mettre en place des actions. Elles commencent par se rapprocher des établissements de nuit de Monaco, au Larvotto et sur le port. La mise à disposition d’éthylotests dans ces bars et boîtes, cet hiver, est leur première action concrète. Il faudra attendre ce mois de juillet 2019 pour voir apparaître l’opération phare de l’association: la navette qui ramène près de chez eux les fêtards trop alcoolisés pour conduire.

En juillet, 111 rotations ont été effectuées. Cent onze personnes saoules qui sont rentrées saines et sauves chez elles, grâce à la navette de Be Safe.

Camille Gottlieb et un bénévole de Be Safe.
Camille Gottlieb et un bénévole de Be Safe. Photo Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.