“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

A la descente de l'avion à La Réunion, un Belge écope d'une grosse amende pour faux motif impérieux

Mis à jour le 21/02/2021 à 10:57 Publié le 21/02/2021 à 10:55
Illustration.

Illustration. Photo Eric Ottino

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

A la descente de l'avion à La Réunion, un Belge écope d'une grosse amende pour faux motif impérieux

Un Belge a été condamné à 650 euros d'amende par un tribunal correctionnel de La Réunion pour être arrivé sur l'île en période de crise sanitaire avec un faux motif impérieux.

Voilà un jugement qui pourrait en dissuader plus d'un. A Gillot, sur l'île de La Réunion, le tribunal correctionnel a condamné vendredi un passager belge à 650 euros d'amende pour un faux motif impérieux.

Arrivé jeudi sur l'île en période de crise sanitaire, l'homme de 32 ans est arrêté à la frontière suite au contrôle de son contrat de travail, présenté comme son motif impérieux. La police contacte l'employeur qui nie connaître cet homme. Le document est un faux.

Après 24 heures de garde à vue, il comparaît immédiatement devant le tribunal où le procureur requiert quatre mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende contre cet homme, venu chercher du travail sur l'île.

Il encourait également trois ans de prison pour "faux et usage de faux".

Autorisé à rester sur l'île, il est désormais en période de quarantaine.

Le préfet de La Réunion a de son côté annoncé le renforcement des contrôles des motifs impérieux par les services de l'Etat pour les arrivées sur le territoire national.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.