Rubriques




Se connecter à

5 comportements à adopter pour se protéger de la canicule prévue dans les prochains jours

Nouveau signe du réchauffement de la planète, une vague de chaleur particulièrement précoce est attendue à partir de mercredi 15 juin en France, avec des températures entre 35 et 38°C sur la moitié sud. Dans ces conditions, quels sont les bons gestes à adopter pour se protéger au mieux de la chaleur. On est allés chercher les recommandations émises par l’ARS et le Haut conseil de santé publique.

Flora Zanichelli Publié le 13/06/2022 à 14:22, mis à jour le 13/06/2022 à 19:34
synthese
Des pics de chaleur sont attendus dans le Var et les Alpes-Maritimes ce week-end du 15 août. Richard Ray

Un épisode de canicule qui ne porte pas encore cette dénomination mais les températures prévues pourraient bien nous faire entrer de plein pied dans celui-ci. Une vague de chaleur particulièrement précoce est attendue à partir de mercredi en France, avec des températures entre 35 et 38°C sur la moitié sud.

Cet épisode devrait arriver dès mardi soir sur l'extrême-sud du pays, avant de s'étendre mercredi à toute la moitié sud, jusqu'au week-end, selon Météo-France. Entre jeudi 16 et samedi 18 juin prochains, des températures très élevées de 35°C à 38°C sont attendues sur la moitié sud, et le mercure pourrait même frôler les 40°C localement.

Les températures minimales ne devraient pas descendre sous les 20°C la nuit. C'est donc une vague de chaleur "exceptionnelle voire proche des records", qui nous attend, ainsi que l'a commenté sur Twitter le climatologue Christophe Cassou. Refroidir son appartement, s'hydrater, manger... Comment agir pour supporter au mieux cet épisode? On fait le point. 

#1 Rafraîchissez votre habitation

L’ARS Paca et le Haut conseil de santé préconisent de limiter au maximum l’entrée du soleil dans votre logement en tenant les stores et volets baissés tout le long de l’exposition de votre logement au soleil. 

 

Ouvrez en revanche du côté ombragé "si cela permet des courants d’air" et mettez un linge humide (de préférence une serviette de bain) afin de favoriser une évaporation et donc un rafraîchissement de l’air. Vous pouvez les suspendre à l’aide d’un fil et de pinces à linge. 

Versez un seau d’eau sur votre terrasse, balcon, rebord de fenêtre le soir afin d’humidifier l’extérieur et de créer une évaporation d’eau rafraîchissante.

Evitez d’utiliser les appareils électriques, comme le four, qui génèrent de la chaleur. 

Le matin, le soir ou la nuit, ouvrez vos fenêtres si l’air s’est rafraîchi afin de faire circuler l’air. 

Recensez les endroits frais situés près de votre habitation où vous pouvez vous rendre deux à trois heures par jour comme "les grands magasins, les cinémas et les lieux publics", préconise l’ARS Paca.

 

#2 Evitez les sorties et les activités physiques aux heures les plus chaudes

De 11 heures à 21 heures, évitez de sortir, précise l’ARS PACA, ainsi que les "activités extérieures nécessitant des dépenses d’énergie trop importantes (sports, jardinage, bricolage, etc.)".

#3 Conseils pour vous hydrater

Les autorités de santé recommandent de boire régulièrement "sans attendre d’avoir soif", en moyenne un litre et demi à deux litres d’eau soit l’équivalent de deux grandes bouteilles d’eau en moyenne.

Evitez les boissons alcoolisées, le café ou les boissons sucrées.

Les fruits, riches en eau, comme la pastèque, le melon ou les agrumes et les crudités comme les concombres ou les tomates, désaltèrent également. Privilégiez aussi les compotes, yaourts ou sorbets.

Les autorités de santé déconseillent également "de boire ou manger (très) glacé".

#4 trousse de canicule et anticipation

Les autorités de santé sont unanimes, il faut anticiper les épisodes de chaleur. Pour ce faire, elles recommandent de lister les coordonnées de personnes susceptibles de souffrir de la chaleur (personnes âgées ou en situation de handicap) que vous pourriez connaître et soutenir.

Si vous êtes une personne isolée, vous pouvez vous inscrire sur le registre communal tenu par votre mairie. 

 

Egalement, n’hésitez pas à vous tourner vers des personnes compétentes comme votre médecin, votre pharmacien ou à consulter les sites de votre mairie. Vous pouvez également prendre conseil auprès de votre médecin en cas de traitement médicamenteux.

Listez les endroits frais près de chez vous où vous êtes susceptibles de pouvoir vous rafraîchir (église, cinéma, musée…).

Préparez une 'trousse canicule' dans laquelle vous regrouperez tout ce qui peut vous être utile pour lutter contre la chaleur. 

#5 Surveillez les signes de déshydratation

Pour les personnes qui se nourrissent moins que d’habitude, il faut compenser la perte hydrique par une hydratation. Certains signes ne trompent pas comme les crampes musculaires, un épuisement lié à la chaleur à la suite de plusieurs jours, ou encore une insolation portant à des maux de têtes. 

Parmi les personnes les plus à risque : les personnes âgées mais aussi les nourrissons et les enfants. Les personnes souffrant d’asthme ou de pathologie respiratoire peuvent également se montrer plus sensibles car la chaleur accentue aussi la pollution et amoindrit la qualité de l'air.

"La fièvre, la pâleur, la somnolence, l’agitation inhabituelle ainsi qu’une soif intense corrélée à une perte de poids" doivent alerter.

 

En cas de déshydratation, "placer l’enfant dans une pièce fraîche et lui donner régulièrement à boire et faire baisser la fièvre par un bain ou une douche un ou deux degrés au-dessous de la température corporelle", conseille l’ARS-PACA. 

Si il y a des troubles de la conscience, un refus ou une impossibilité de boire, une coloration anormale de la peau, une fièvre supérieure à 40°C, appelez sans tarder le Samu en composant le 15.

En cas de coup de chaleur, explique le Haut conseil, ne prenez pas de vous-même un médicament pour faire baisser la fièvre et la douleur (AINS type ibuprofène, aspirine à dose supérieure à 500 mg/j ni paracétamol).

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.