“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La Principauté s'expose en portraits

Mis à jour le 28/04/2016 à 05:12 Publié le 28/04/2016 à 05:11
Les portraits d'Anthony Alberti sont exposés sur la façade du Ni Club depuis hier.

Les portraits d'Anthony Alberti sont exposés sur la façade du Ni Club depuis hier. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La Principauté s'expose en portraits

Anthony Alberti a voulu photographier tous ces « gens qui font Monaco ». Résultat : des centaines de portraits de 91 centimètres par 134, tirés à New York.

Hier, toute la journée, le street-artiste finissait de coller ses œuvres sur un bâtiment monégasque. Et pas n'importe lequel, puisqu'il a jeté son dévolu sur le Ni Club, face à la mer.

Désacraliser Monaco

L'artiste indépendant a réalisé six cents portraits en noir et blanc pour présenter le vrai visage de la Principauté. Ce projet fou s'inscrit dans le cadre de l'Inside Out Project, initié par l'artiste français JR, une vaste opération artistique à laquelle ont déjà participé 200 000 personnes dans plus de 112 pays.

En collant sur une façade d'immeuble, ses magnifiques clichés en noir et blanc de personnalités et d'anonymes, Anthony Alberti veut lancer un message. Celui de désacraliser Monaco pour mettre en lumière toutes ces personnes de l'ombre qui font Monaco, « du premier travailleur qui commence à pas d'heure à la serveuse de bar la nuit ». Il a écumé les rues, les services administratifs, les bureaux, les commerces et les entreprises pour photographier les salariés et les résidents, enchaînant les portraits en noir et blanc.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.