“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La femme la plus grande de Monaco au cœur d'une exposition artistique

Mis à jour le 18/02/2021 à 12:27 Publié le 18/02/2021 à 12:26
Elle sera exposée dès ce vendredi à la villa Paloma.

Elle sera exposée dès ce vendredi à la villa Paloma. Photo JFO

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

La femme la plus grande de Monaco au cœur d'une exposition artistique

C’est probablement le plus curieux casting lancé ces derniers mois en Principauté. À l’automne dernier, le Nouveau Musée National de Monaco lançait un appel dans nos colonnes à la recherche de la plus grande femme de Monaco.

Pas de fétichisme à l’horizon mais plutôt une démarche artistique liée au travail de l'artiste japonais Shimabuku pour l’exposition qu'il a conçu pour la Villa Paloma, qui ouvre ce vendredi en Principauté.

Explications? En 1998, l’artiste japonais découvre cette légende médiévale nippone évoquant une sirène de 165 mètres de long qui se serait échouée sur les côtes japonaises et dont des supposés os sont conservés comme des reliques. Passionné par cette légende, Shimabuku voyage depuis avec cette imaginaire sirène géante. À Marseille, à Sydney, à Montréal ces dernières années, il a réinterprété ce conte, en réalisant sur place à chaque fois, des objets nouveaux évoquant cette sirène.

À Monaco, c’est sur une feuille de papier blanche qu’il a fait poser la lauréate du casting (une anonyme d’1m90 sur la toise, qui travaille à la mairie de Monaco). Utilisant la technique d’une empreinte photosensible, les formes du corps exposées se révèlent bleutées avec une source de chaleur, donnant l’impression que cette sirène monégasque surgit de l’eau.

Ce portrait n’est pas la seule œuvre made in Monaco que Shimabuku ajoutera à sa légende de sirène. Si une classe de CM2 de l’école Saint-Charles a collaboré avec l’artiste pour dessiner leur vision d’une sirène de 165 mètres, la plus originale représentation présente dans l’expo demeure cette sirène à taille humaine toute en fougasse monégasque, façonnée par l’artiste dans les fourneaux de la maison Costa. Exposée dans un sarcophage vitré, elle est entrée dans les collections du NMNM, jusqu’à sa date de péremption !

Plasticien ou poète? L’artiste Shimabuku est les deux à la fois. C’est tout son univers onirique qu’il a emmené dans ses valises pour présenter son travail à la villa Paloma. En mettant en scène et en espace les histoires de Shimabuku, le Nouveau Musée National de Monaco souffle dans ce monde "covidé", une bulle de poésie pour la réouverture de son établissement.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.