Rubriques




Se connecter à

Cinq bonnes raisons de visiter l’expo sur la BD Marginalia à Monaco

Présentée par le Nouveau Musée National de Monaco à la Villa Sauber jusqu’au 26 septembre, l’exposition est une plongée passionnante dans l’univers et l’histoire de la bande dessinée.

Cédric Verany Publié le 18/08/2021 à 07:40, mis à jour le 18/08/2021 à 14:19
Les visiteurs découvrent une scénographie signée par le tandem Berger & Berger Photo JFO

Jouant les prolongations jusqu’à la fin de l’été, l’exposition Marginalia, dans le secret des collections de bande dessinée offre à cet art jeune pour la première fois la possibilité de déployer dans les salles du NMNM une partie de son histoire et des témoignages de créativité venus du monde entier.

Batman, Betty Boop, Tintin, Corto Maltese, Popeye, Tarzan, Spirou ou Bécassine "hantent" les allées de la Villa Sauber depuis quatre mois... mais aussi d’autres moins connus.

"Depuis l’ouverture de l’exposition en avril nous constatons que le public francophone connaît surtout la BD franco-belge, bien moins les créations américaines et vice-versa avec les visiteurs étrangers qui découvrent beaucoup de personnages de la bande dessinée francophone" souligne l’un des commissaires de l’exposition, Stéphane Vacquier, qui guide aussi les visiteurs dans l’exposition.

En fin spécialiste, il a listé les cinq bonnes raisons incitant à aller y faire un tour. Suivez le guide!

1. découvrir une pièce historique

Illustration Photo DR/GLENAT/ Emil Ferris/NMNM.

"Parce que tous les dessins présentés sont des originaux, à des formats parfois très surprenants, et qu’on y trouve des annotations, des repentirs, des dédicaces… qui nous placent au plus proche de la naissance des œuvres". Parmi les pièces historiques, ce dessin de Winsor McCay, Little Nemo in Slumberland, une encre sur papier de 1906.

2. (re)découvrir l'histoire de la bd moderne

Ilustration Photo DR/GLENAT/ Emil Ferris/NMNM.

"Parce que l’exposition retrace l’histoire de la BD moderne et montre qu’en dépit de sa mauvaise réputation, elle a toujours été un mode d’expression artistique riche et passionnant, aussi complexe et fascinant que toute autre forme d’art". Exemple avec cette planche d’Emile Ferris.

3. découvrir le dessin avant-gardiste de Philippe Druillet

Illustration Photo DR/GLENAT/ Emil Ferris/NMNM.

"Pour ce dessin de Philippe Druillet d’une profondeur et d’une densité extraordinaire. Marie-Claude Beaud en avait fait l’acquisition pour le Musée de Grenoble en 1976. À l’époque, on lui avait reproché de gaspiller l’argent public, aujourd’hui on ne peut que saluer sa clairvoyance et son courage".

4. une scénographie de 350 œuvres de 90 artistes

Illustration Photo JFO.

"Parce qu’avec une scénographie très élégante, signée par le tandem Berger & Berger, l’exposition présente plus de 350 œuvres de 90 artistes: de quoi permettre à chacun, quel que soit son âge, de s’émerveiller, retrouver ses artistes préférés et faire de belles découvertes"

5  découvrir les secrets les plus intimes des héros de bd

Illustration Photo DR.

"Pour savoir si l’amour est possible entre un chat et une souris; pourquoi on n’a jamais vu Tintin pleurer; pourquoi il ne faut pas abuser du fromage avant de dormir; comment Snoopy a conquis l’espace ou pourquoi Betty Boop a été censurée… et bien d’autres secrets encore". Ici en illustration, une planche de Krazy Kat, un comic strip américain publié la première fois en 1913 dans le New York Times.

 

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.