Ces paires de chaussures vont vous donner envie d'aller voir l'exposition Louboutin à Monaco

L'exposition Christian Louboutin, L’Exhibition[niste], Chapitre II se clôturera le 28 août en Principauté. On a sélectionné pour vous 6 pièces phares. Mais toutes valent vraiment le détour par le Grimaldi Forum.

Julie Baudin Publié le 08/08/2022 à 14:25, mis à jour le 08/08/2022 à 14:27
photos
Avec la série Nudes, il y en avait pour toutes les couleurs... de peau Photo Julie Baudin

Que l’on soit ou pas connaisseur de l’œuvre du célèbre créateur de souliers à la semelle rouge, l’exposition estivale du Grimaldi Forum consacrée à Christian Louboutin vaut le détour.

Pourquoi? Parce que L’Exhibition[niste], Chapitre II, est bien plus qu’une exposition classique. C’est un véritable show artistique. Une expérience qui se vit sur 2 000 m². Le parcours a été conçu comme une odyssée joyeuse à travers trois décennies d’une créativité foisonnante, empreinte de curiosité pour toutes les cultures et tous les arts. Cette curiosité c’est celle qui anime depuis toujours Christian Louboutin.

Car si les souliers sont évidemment à l’honneur avec une sélection de pièces exceptionnelles, dont certains modèles uniques, le créateur a aussi souhaité rendre hommage à ceux qui l’inspirent et le font rêver.

L’exposition transporte ainsi le public dans un voyage merveilleux, séduisant les hommes comme les femmes, les amateurs d’art comme de mode et plus généralement un public en quête d’expériences nouvelles et enrichissantes.

 

1. Les premières créations

Cette paire d'escarpins a été portée par la princesse Caroline au Bal de la Rose en 1995. Photo Julie Baudin.

C’est la première salle que l’on découvre. Elle est décorée d’une suite de huit vitraux dessinés par Christian Louboutin en personne. Au centre, une vitrine avec les premiers souliers dessinés et réalisés par le créateur avec les petits moyens dont il disposait dans sa chambre de bonne.

Un bricolage facétieux aux matières inattendues comme un soulier "maquereau" qui est parmi ses tout premiers. C’est dans cette salle que se trouve aussi cet escarpin baptisé "Pensée" de 1993 porté par la princesse Caroline au Bal de la Rose en 1995.

Un modèle qui raconte aussi la naissance d’une amitié durable avec Christian Louboutin et la princesse Caroline.

2. Le soulier, l'objet des interprétations les plus paradoxales

La Granny house expose une édition aux interprétations les plus paradoxales. Photo Julie Baudin.

Bienvenue dans la charmante petite Granny house qui s’ouvre sur un coquet salon: bibelots, papier peint, fauteuils et décoration a priori florale. A priori. Car à y voir de plus près, il s’agit de tout autre chose.

Chaque ornement est composé de combinaisons variées d’un corps enchevêtré et répété à l’infini: celui du photographe Pierre Molinier qui se transformait en femme hypersexualisée.

Pour Christian Louboutin, il s’agit là de montrer comment le soulier est l’objet des interprétations les plus paradoxales.

 

3. La série Nudes pour toutes les couleurs de peau

La série des Nudes a été initiée en 2009. En imaginant à l’origine un soulier de couleur chair et une unité entre la couleur de la peau et celle du soulier, Christian Louboutin comprend très vite que cette couleur chair ne peut se réduire à la couleur beige, mais qu’elle doit épouser toutes les couleurs de l’Humanité. Aujourd’hui les Nudes comptent ainsi huit nuances de carnation différentes. Cette série est considérée dans l’histoire de la mode comme un acte créatif pionnier.

4 et 5. Les créations les plus emblématiques du chausseur

Une salle du trésor qui met en avant l’éclectisme de Christian Louboutin. Photos Julie Baudin.

Dans une salle en forme de rotonde se trouvent les créations les plus emblématiques de Christian Louboutin, choisies dans un corpus qui se compte aujourd’hui en milliers de modèles, certains uniques, d’autres matrices de séries continues depuis bientôt 30 ans. Une salle du trésor qui met en avant l’éclectisme de Christian Louboutin.

Les souliers exposés s’inscrivent dans des références artistiques fortes qui irriguent avec régularité le travail du chausseur. Ils révèlent aussi les Arts premiers nourris de sa fascination pour l’Afrique, l’Océanie et les Amériques, comme ce soulier (photo de gauche) Punakha Hills de 2020 en bois et vison réalisé par l’école des treize artisanats royaux du Bhoutan.

Autre style sur la photo de droite, avec un coffre tout droit sorti d’un conte de fées qui renferme l’une des plus emblématiques collections de souliers strassés de la maison Louboutin.

6. La collaboration de Louboutin avec David Lynch

Des souliers qui racontent des histoires entre fétichisme et érotisme Photo Julie Baudin.

En 2007, Christian Louboutin et le cinéaste et photographe David Lynch dévoilent une série de photographies hors normes. Le premier conçoit des souliers imaginés pour ne pas marcher, que le second, avec sa complicité, met en scène et photographie. Le soulier raconte alors d’autres histoires, entre fétichisme et érotisme.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.