Rubriques




Se connecter à

Voici deux plantes exotiques faciles à faire pousser chez-soi

Vous rêviez d’ajouter un peu d’exotisme à votre espace vert ? Ces plantes du jardin d’Antibes devraient vous satisfaire.

La rédaction Publié le 08/06/2021 à 17:00, mis à jour le 08/06/2021 à 18:46

Quel amoureux des plantes n’a jamais désiré avoir un morceau d’Afrique du Sud, d’Australie ou encore du Brésil dans son jardin?

La villa Thuret, à Antibes, dirigée par l’Institut national de la recherche agronomique, compte 2.500 arbres et arbustes représentant plus d’un millier d’espèces, 150 familles botaniques et 450 genres, originaires de 380 régions du monde. Robin Ardito, membre de la direction de la villa Thuret, a sélectionné deux d’entre elles que vous pourrez planter dès maintenant.

La Nolina bigelovii, une asperge pas comme les autres

Facilement trouvable en pépinière, la Nolina bigelovii fait partie de la famille des asparagus, plus communément appelée asperges. Cette plante, originaire d’Arizona et du sud de la Californie, peut également se trouver dans le nord du Mexique, dans les régions désertiques.

"Très résistante à la sécheresse et au froid, elle s’adapte parfaitement au climat méditerranéen. En été, il ne faudra pas oublier de bien l’arroser toutes les semaines mais, attention, il ne faut pas détremper le végétal au risque de le voir pourrir, prévient Robin Ardito. Vous pouvez laisser sécher sa terre entre deux arrosages mais en veillant à ne pas créer un sol marécageux." Pour éviter ce risque, il est utile d’avoir un substrat (sable, terreau) pour contrôler la circulation de l’eau.

 

Poussant dans les sols arides, la Nolina bigelovii, qui peut mesurer jusqu’à deux mètres, a besoin d’une exposition plein soleil pour se développer normalement. Une butte rocailleuse serait l’endroit idéal.

Sa croissance est assez lente: un bouquet de feuilles sortira petit à petit de la partie centrale de la plante, ce qui lui donnera un aspect "chevelu".

Elle développera ensuite des petites fleurs blanches mellifères, qui attirent les insectes pollinisateurs. Petite astuce: pensez à récupérer ses graines pour les semer.

Le Romneya coulteri, "le pavot en arbre"

Issue de la famille des papavéracées, cette plante géante – elle peut atteindre jusqu’à 2,50mètres de haut – produit de belles fleurs blanches semblables à celles du coquelicot. Sa floraison commence à la fin du printemps et perdure jusqu’au début de l’automne.

 

"À l’automne, après une lourde sécheresse, la plante disparaît d’elle-même avant de repartir, l’année d’après, pour un nouveau cycle", explique Robin Ardito.

Où le planter? Également originaire de la Californie, le Romneya coulteri apprécie les sols drainants. Et comme la Nolina bigelovii, il doit être exposé au soleil pour pouvoir grandir correctement. Mais attention, il faut bien réfléchir à son emplacement car, une fois plantée, on ne peut plus l’enlever. En effet, le Romneya coulterie ne supporte pas d’être déplacé. En été, on peut se contenter de l’arroser seulement une à deux fois par mois. Son plus: une fois installée, plus besoin de l’entretenir, si ce n’est de couper les branches sèches.

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.