Rubriques




Se connecter à

VIDEO. Les hippocampes de Monaco ont besoin de votre aide!

La Fondation Prince Albert II a besoin de 80.000 euros pour mener une opération de réintroduction de deux espèces d'hippocampes menacées.

La rédaction Publié le 10/03/2016 à 07:00, mis à jour le 09/03/2016 à 05:07
Le site de l'appel aux dons. Photo DR

Les hippocampes font partie des espèces parmi les plus menacées d'extinction dans le monde. La fondation Prince Albert II se bat ainsi pour tenter de réintroduire l'animal dans la réserve du Larvotto et pour mener à bien l'opération, elle lance un appel à donateurs, pour récolter 80.000 € au total.

En donnant de 15 € à 1.500 € (ou plus) les bienfaiteurs seront récompensés. Dès 500 €, ils pourront avoir une dalle gravée à leur nom sur la première digue de la plage du Larvotto.

Bien que les deux espèces méditerranéennes soient protégées par la Convention de Berne de 1999, les hippocampes sont en danger, victimes de la pollution et de la pêche au rateau notamment. 

Forte d'un partenariat avec l'Institut Paul-Ricard, la Fondation Prince Albert II a mené des études et lancé un programme visant à réintroduire l'espèce hippocampus hippocampus sur les côtes monégasques.

 

70 hippocampes en 2016

Le projet a pour objectif de sélectionner des géniteurs proches des eaux de Monaco (afin de ne pas perturber la dispersion génétique naturelle), de suivre la reproduction et les naissances, d'élever les hippocampes en laboratoire et enfin de les relâcher en milieu naturel lorsqu'ils auront atteint 10 mois.

Tous les hippocampes seront marqués par un système indolore et non-perturbateur permettant de suivre l'évolution de la population.

Environ 70 hippocampes seront réintroduits en 2016. Acclimatés, ils pourront donner leurs premières naissances dans les trois semaines suivantes.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.