“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDEO. La caserne de Fontvieille de Monaco a été recouverte de panneaux solaires... en attendant l'église Saint-Nicolas

Mis à jour le 26/01/2020 à 16:59 Publié le 26/01/2020 à 14:43

VIDEO. La caserne de Fontvieille de Monaco a été recouverte de panneaux solaires... en attendant l'église Saint-Nicolas

Les représentants des Carabiniers du Prince et des sapeurs-pompiers de Monaco ont signé le Pacte national pour la Transition énergétique lancé en 2018. Et profiter de l'occasion pour inaugurer la centrale solaire implantée sur le toit de la caserne de Fontvieille. Bientôt, l'église Saint-Nicolas sera équipée pour devenir autonome en énergie. Une première à Monaco

Et de 100 ! Trois ans après le lancement du Livre Blanc, la Force publique est la centième institution, association ou entreprises, a acté son engagement dans le Pacte national pour la Transition énergétique (PNTE), lancé début 2018 pour tendre à une Principauté décarbonée à horizon 2050. Réunis autour du prince Albert II, le commandant supérieur de la Force publique, Tony Varo ; le commandant de la Compagnie des Carabiniers du Prince, Gilles Convertini ; et le chef de corps des sapeurs-pompiers de Monaco, le lieutenant-colonel Norbert Fassiaux, ont paraphé ce PNTE, mercredi dernier, dans la caserne de Fontvieille.

Une signature qui vient appuyer un engagement de longue date, rappelle le colonel Varo. "La Force publique s’est mise en marche en 2005, à l’issue du discours fondateur de l’avènement du prince Albert II, lequel nous avait interpellés sur l’impérieuse nécessité du développement durable. Depuis, nos deux unités n’ont eu de cesse de réfléchir et d’agir au mieux pour limiter l’impact de leurs activités professionnelles et personnelles."

Et dans les casernes de la Condamine et de Fontvieille, qui sont avant tout des lieux de vie, 169 familles de militaires et 193 enfants sont, comme tous les référents de compagnies, invités "à faire preuve d’initiative et d’originalité".

Déjà de l’électrique en 1909

Notamment sous l’impulsion du capitaine Didier Thibaudin, « chasseur émérite d’émissions de gaz à effet de serre », les familles bénéficient d’un système efficace de tri des déchets. Des éclairages LED ont remplacé entièrement les néons dans les casernes et un parc automobile de véhicules hybrides et électriques a été constitué. Une conscience collective des écogestes qui remontent même aux origines du corps monégasque, en 1909. « J’ai retrouvé des photos de cinq véhicules électriques différents, notamment un fourgon incendie et une échelle », révèle le lieutenant-colonel Fassiaux.

Batteries trop imposantes ? Autonomie trop restreinte ? Impossible de savoir pourquoi ces systèmes vertueux avaient été abandonnés. Peut-être ont-ils tout simplement plié sous le diktat du modernisme et du tout-pétrole, comme tant de moyens de locomotion partagés dans les grandes villes (trolleybus, trams…).

Une autosuffisance de 40 %

Les premiers panneaux terracotta.
Les premiers panneaux terracotta. Photo drone SMBP/Corps des Sapeur-pompiers

La signature du PNTE a été accompagnée de l’inauguration de la « centrale solaire » installée sur sept pans de toiture de la caserne de Fontvieille. 490 m2 de panneaux photovoltaïques apposés sur les tuiles existantes pour une puissance annuelle estimée à 113 MW/h. "Ce qui permettra d’avoir une autosuffisance énergétique approchant les 40 %", précise Anthony de Sevelinges, chef du Service de maintenance des bâtiments publics en charge de la réalisation du projet.

Une ferme solaire qui alimentera l’équivalent de 24 appartements, parties communes et PC sécurité, sur cinq étages de bâtiments abritant 40 foyers. "Soit une réduction des gaz à effet de serre d’environ 9,3 tonnes par an, l’équivalent de 80 000 km parcourus en voiture citadine ou 70 barils de pétrole brut."

En symbiose
avec le site

Un écran permet de visualiser en temps réel la production et la consommation d'énergies du bâtiment.
Un écran permet de visualiser en temps réel la production et la consommation d'énergies du bâtiment. Photo drone SMBP/Corps des Sapeur-pompiers

La pose de ces panneaux "classiques" a nécessité un mois et demi de chantier et marque une première en Principauté par l’utilisation d’une teinte terracotta "pour une meilleure symbiose et une intégration harmonieuse dans le site". Au contraire des bâtiments modernes qui tolèrent les panneaux traditionnels noirs et bleus.

Quant au rendement de ces panneaux de 1 mètre par 60 cm, disposés sur 60 mètres linéaires de rails, "ce ne sont pas les panneaux les plus performants, où maintenant on est à 400 W crête, là c’est du 255 W", précise Anthony de Sevelinges. L’implantation sur des tuiles, contrairement à un dallage plat a, certes, imposé un angle d’exposition fixe, mais a présenté trois avantages. "Une mise en œuvre plus facile, des panneaux qui ont tendance à chauffer moins, et une meilleure étanchéité".

Un local technique, dans les combles, complète le dispositif. Le courant continu produit par l’énergie solaire y est converti en courant alternatif par le biais d’onduleurs. En bout de chaîne, un écran, placé à l’entrée de la caserne, informe en temps réel les habitants et pompiers de la production et la consommation du bâtiment. Avec déjà une première certitude. Sans surprise, les mois de décembre et janvier sont les pires en termes d’ensoleillement.

Comment adopter la “Transition Attitude”

Les signataires du Pacte national pour la Transition énergétique et le prince Albert II.
Les signataires du Pacte national pour la Transition énergétique et le prince Albert II. S. Danna/Dir.Com.

Créée pour accompagner les déjà 1 200 adhérents individuels et 100 entités signataires du PNTE, et sensibiliser tous les autres, la Mission Transition Énergétique (MTE) définit auprès d’eux des axes de progrès. Une analyse des usages "non seulement ludique mais intéressante", selon la directrice de la MTE, Annabelle Jaeger-Seydoux, citant l’exemple tout bête d’un frigo énergivore, bien que peu rempli, dans les locaux de la MTE et depuis débranché sur la base d’un relevé énergétique.

"Il est important de questionner ses habitudes afin de les modifier pour consommer moins d’énergie (...) Vous intégrez le club de celles et ceux qui ont adopté la “Transition attitude”", a ainsi adressé à la Force publique le conseiller de gouvernement-ministre de l’Équipement et de l’Environnement, Marie-Pierre Gramaglia.

"Le plus dur sera d'aller chercher les individus réfractaires"

Des gestionnaires de flux ont ainsi été missionnés au Service de maintenance des Bâtiments publics pour faire de la pédagogie auprès des consommateurs. Et le message passe d’après Annabelle Jaeger-Seydoux. "Avec les entreprises je ne suis pas inquiète, car il y a une réelle dynamique et elles sont très demandeuses ; mais le plus dur ce sera d’aller chercher les individus réfractaires. ça nous arrive d’en croiser, mais c’est rare."

D’où certains choix symboliques pour briser la glace, comme la remise de récompenses, l’an dernier, à des lauréats "contre-intuitifs". "SBM Offshore, une industrie pétrolière, et une boucherie. Et souvent, dans ces entreprises où les objectifs pourraient paraître contradictoires avec l’environnement, on rencontre des gens hypermotivés." Des emblèmes.

Le premier bâtiment autonome
en énergie de Monaco sera... une église

L’église Saint-Nicolas sera bientôt équipée.
L’église Saint-Nicolas sera bientôt équipée. Photo drone SMBP/Corps des Sapeur-pompiers
La caserne de Fontvieille est désormais autonome en énergie pour 40 %.
La caserne de Fontvieille est désormais autonome en énergie pour 40 %. Photo drone SMBP/Corps des Sapeur-pompiers

L’an prochain, plus aucun bâtiment public ne devrait être chauffé au fuel à Monaco. Quant au déploiement des audits énergétiques et des compteurs énergétiques (eau, gaz et électricité), il suit son cours. De même, l’isolation de toutes les toitures publiques a été refaite, et il y aura du double vitrage partout "d’ici la fin 2020", selon Anthony de Sevelinges. Mais où en est-on sur le solaire ?


"Treize bâtiments publics [dont nombre d’écoles, ndlr] sont déjà équipés en photovoltaïques, soit environ 2.000 m2 de terrasses recouvertes avec des techniques différentes, pour une production de 360 MW/H annuelle et un gain de CO2 proche de 30 tonnes." Prochain objectif ? L’église Saint-Nicolas, mitoyenne de la caserne de pompiers de Fontvieille.

"Nous allons équiper pour la première fois un bâtiment cultuel. Sous le même format, ce devrait être réalisé dans les trois ou quatre mois à venir pour une surface avoisinant les 100 m2, qui permettrait d’avoir le premier bâtiment 100 % autonome."


En tout, huit bâtiments publics devraient être équipés d’un dispositif solaire en 2020, sur 800 m2 de surface.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.