“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

VIDÉO. Déconfinement: il filme la mer polluée par des masques et gants jetables à Antibes

Mis à jour le 25/05/2020 à 17:43 Publié le 25/05/2020 à 17:43
Masques et gants ont rejoint les déchets tristement habituels des fonds marins...

Masques et gants ont rejoint les déchets tristement habituels des fonds marins... Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDÉO. Déconfinement: il filme la mer polluée par des masques et gants jetables à Antibes

Avec le déconfinement, les plongeurs ont pu retrouver la Méditerranée. D’Antibes à Cannes en passant par Golfe-Juan, ils constatent l’arrivée de nouvelles espèces: les masques et gants...

Les étoiles de mer doivent se demander qui sont ces effroyables copies.

Cinq branches et un instinct de survie qui dépasse la faune sur place.

Depuis le début du déconfinement, les plongeurs ont pu retrouver la Méditerranée.

Des retrouvailles qui s’accompagnent avec la découverte de nouveaux - et tout autant désagréables - compagnons de baignade. Gants et masques font leur apparition dans nos fonds.

"C’était inévitable", regrette Laurent Lombard qui a posté une vidéo de ses trouvailles à l’émissaire du vallon Laval à Antibes.

"J’y suis venu en connaissance de cause, et encore ce n’est que le début. Dans un mois, il y en aura davantage…"

Un constat crève-cœur qui se veut avant tout cri d’alerte. Parce que biodégradable n’est pas à l’heure du jour… Un masque demanderait 400 ans pour se décomposer. Autant de temps pour faire des dégâts.

Pour autant, rien n’est irréversible à l’heure actuelle comme le souligne le Cannois membre fondateur d’Opération mer propre: "Ce n’est pas encore dramatique. Il faut réagir maintenant".

Comment? En faisant attention aux autres, en adoptant des comportements responsables: "C’est avec le civisme que nous luttons contre le coronavirus. Il faut en faire de même avec cette pollution. C’est irresponsable de jeter ses gants par terre".

Un paradoxe que cet amoureux de la grande bleue souligne pour "réveiller les consciences".

Chacun peut nettoyer la plage de son côté

Masques et gants ont rejoint les déchets tristement habituels des fonds marins...
Masques et gants ont rejoint les déchets tristement habituels des fonds marins... Photo DR

"On ne peut pas dire que ce que l’on retrouve en plus des mégots, des macrodéchets, des canettes… a été jeté dans la mer volontairement. Le vent a pu les mener dans un vallon. Difficile de connaître le poids de l’incivilité dans tout cela, mais effectivement elle est bel et bien là", tempère Christophe Geloni, créateur du collectif Ensemble pour la protection du littoral antibois qui ne s’étonne guère de la présence de ces déchets liés au Covid-19.

"À la sortie de certains supermarchés on les voyait déjà traîner çà et là des masques et des gants. Il y a aussi les lingettes désinfectantes jetées dans les toilettes, une autre problématique qui finit au même endroit."

Pile dans la mer.

"Bien évidemment ce problème n’est pas antibois. Il est national. Les communes de l’Atlantique sont confrontées au même défi."

Celui de faire respecter la planète. Une dynamique impulsée par les nombreuses associations de terrain telles que Les Fonds Bleus.

Mais les mesures sanitaires empêchant les regroupements risquent-elles de freiner le mouvement des nettoyages citoyens?

"C’est un risque. Et pourtant, je me répète mais il ne faut pas attendre une action d’ampleur pour agir. Encore plus aujourd’hui où nous ne savons pas s’il sera possible d’en organiser une cet été", indique Christophe Geloni qui encourage chacun à ouvrir grands les yeux et les sacs-poubelles.

"Ce n’est pas sorcier de se lancer dans un ramassage. Il suffit d’être équipé et de faire attention."

D’autant plus qu’il s’agit d’un usage dynamique de la plage. Un bon moyen de prendre l’air en contribuant à offrir une (petite) bouffée d’oxygène à la mer.

Parce que comme le souligne Laurent Lombard, il reste de l’espoir: "Il n’est pas trop tard!".

Masques et gants ont rejoint les déchets tristement habituels des fonds marins...
Masques et gants ont rejoint les déchets tristement habituels des fonds marins... Photo DR
Sujet porté au niveau national

Une proposition de loi pour punir de 300 euros les incivilités liées au dépôt sauvage de masques et/ou de gants?

Une démarche réalisée par le député de la septième circonscription Eric Pauget la semaine passée.

S’il est difficile de quantifier l’impact de ce potentiel nouveau texte sur les fonds marins, les défenseurs de l’environnement s’accordent sur le fait qu’il est positif de voir un tel sujet porté au niveau national.

Et espèrent tous que la prise de conscience s’inscrive encore plus fortement dans les esprits et la législation.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.