“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Union Monégasque plaide pour le droit à la tranquillité

Mis à jour le 25/10/2017 à 05:11 Publié le 25/10/2017 à 05:11
Autour de Jean-Louis Grinda hier matin, les nouveaux arrivants Anabella Crovetto et Jean Billon, aux côtés d'Etienne Ruzic, Jean-Charles Allavena et Eric Elena.

Autour de Jean-Louis Grinda hier matin, les nouveaux arrivants Anabella Crovetto et Jean Billon, aux côtés d'Etienne Ruzic, Jean-Charles Allavena et Eric Elena. CV

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Union Monégasque plaide pour le droit à la tranquillité

Ils ont pris l'habitude d'égrener petit à petit leurs propositions pour le pays.

Ils ont pris l'habitude d'égrener petit à petit leurs propositions pour le pays. Hier matin, les membres de la liste Union Monégasque avaient choisi de parler environnement et qualité de vie. Un sujet « de préoccupation et de mécontentement en Principauté », souligne leur leader, Jean-Louis Grinda. « Le cadre de vie s'est détérioré du fait des nuisances de la circulation et des chantiers. »

Sa volonté ? « Il faut exiger un droit à la tranquillité par quartier, les gens n'en peuvent plus. Ce n'est sûrement pas facile mais à quoi ça sert d'avoir un budget en bénéfice chaque année si le plaisir de vivre à Monaco n'existe plus ? »

Dans son viseur, la multiplication des chantiers. « Le gouvernement nous a fourni un calendrier, alors que nous demandions un phasage », regrette la tête de liste.

Problème de santé publique

Selon lui, les nuisances des travaux altèrent le plaisir de vivre des Monégasques, mais aussi celui des résidents, qui trouvent moins d'attractivité au pays. « Avec cette situation, une clientèle ne veut plus investir en Principauté dans des biens très chers qui prennent le risque d'être dévalués par des constructions autour », commente Anabella Crovetto, professionnelle de l'immobilier, qui vient de rejoindre les rangs d'UM.

Au chapitre des propositions, les candidats proposent de doter la police d'instruments de mesure portables pour contrôler le niveau sonore des véhicules, notamment les deux-roues. De travailler aussi à des solutions pour mieux gérer le volume sonore des établissements de nuit. « Le bruit est un problème de santé publique, à ne pas prendre à la légère », précise Jean-Louis Grinda. « Il est dur de trouver le bon équilibre, mais il ne faut pas être fataliste », continue Eric Elena.

Des précautions qu'ils entendent aussi en matière d'environnement. Dans ce domaine, Union Monégasque estime que le pays doit prendre la pleine mesure de cet enjeu pour les décennies à venir. « On demande depuis un moment au gouvernement d'avoir une réflexion globale », tance Jean-Charles Allavena.

Sur la question, UM propose d'ouvrir une réflexion sur l'utilisation de la voiture en Principauté, à l'instar des grandes capitales. Mais aussi de réfléchir à une « vraie révolution technologique, avec des méthodes moins impactantes en terme environnemental » quant à la reconstruction in situ de l'usine d'incinération. Une question qui sera certainement évoquée lors de la première réunion publique de la liste UM, jeudi soir à Fontvieille.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.