“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Union monégasque joue la carte des idées

Mis à jour le 13/12/2017 à 05:22 Publié le 13/12/2017 à 05:22
Jean-Louis Grinda était accompagné de ses co-listiers, donc Eric Battaglia, plus particulièrement en charge de la culture.

Jean-Louis Grinda était accompagné de ses co-listiers, donc Eric Battaglia, plus particulièrement en charge de la culture. Jean-François Ottonello

Union monégasque joue la carte des idées

Environnement, culture et patrimoine, pouvoir d'achat, et logement… Jean-Louis Grinda a exposé quelques-unes de ses propositions, lundi soir, devant une quarantaine de soutiens très impliqués

Jean-Louis Grinda se présente volontiers comme le candidat « des idées ». Pour lui, les campagnes, c'est fait pour faire des propositions, pour innover. Ainsi, il n'a pas hésité à revenir sur sa proposition de construire des logements domaniaux à la place du stade Louis-II : « Je comprends qu'elle fasse réagir. Mais nous serions fous de ne pas aborder le sujet. Nous sommes un pays en pénurie de logement, avec un grand espace en ville, utilisé une vingtaine de jours dans l'année à peine, alors qu'on ne sait pas où loger nos enfants, et on ne devrait même pas se poser la question ? »

D'après le candidat, c'est un millier de logements que l'on pourrait construire en lieu et place de l'actuel Louis-II, tout en envisageant un nouveau stade sur la mer : « Il pourrait être conçu comme un geste architectural ! Ce serait la première chose que l'on verrait en arrivant à Monaco, ce serait formidable ! »

L'incinérateur ? Une mauvaise idée

Jean-Louis Grinda a été rapporteur de nouveau code de l'Environnement créé récemment, et on sent que le sujet lui tient à cœur. C'est donc naturellement qu'il a abordé la thématique de l'incinérateur de Fontvieille. L'installation gère non seulement les déchets de Monaco, mais aussi ceux des communes de la Communauté d'agglomération de la Riviera française. Il a rappelé que les élus de l'Union monégasque ont mené le combat pour rouvrir le dossier et « faire entendre la voix de ceux qui souhaitent la fin de l'incinération en ville ». « Nous nous sommes fait traiter d'obsédés. Alors oui, on est un peu obsédé parce qu'on considère qu'ouvrir un nouvel incinérateur dans les années 2020 à deux pas d'un collège, ce n'est pas forcément la meilleure idée du monde », tacle Grinda.

Investir dans la culture

Eric Battaglia, très impliqué dans le milieu associatif est venu prêter main-forte pour la culture. Il a déploré l'échec de l'annuaire des artistes monégasques dont la distribution était trop restreinte : « Il n'a été distribué qu'au Conseil national et à la Direction du Tourisme. Et le site web ne marche pas toujours. » Afin de leur donner plus de visibilité dans un pays où le revenu moyen permet plus volontiers d'acquérir des produits artistiques, il a suggéré la reprise de cet annuaire, avec une distribution systématique. Autre point, Union monégasque souhaite la prise en charge à 80 % des loyers pour les artistes s'installant en Principauté.

De son côté, Christophe Brico a proposé de relancer la Commission de l'industrie cinématographique créée en 1951 pour l'étendre à toute forme de tournage à Monaco : « L'audiovisuel est sans doute un des axes pour montrer Monaco au plus grand nombre dans les meilleures conditions possibles. ça nous permet de faire parler de nous, et de conserver une forme de mémoire. Dans le film Les Chaussons rouges, de 1948, on peut voir la gare à l'époque où elle était encore derrière le Casino. Les plus jeunes ne connaissent pas ça ! »

Accompagner le changement

Enfin, thématique surprenante à Monaco : le pouvoir d'achat. « On ne manque de rien, on a des logements. Personne n'est financièrement malheureux », concède Grinda. Pourtant, Union monégasque propose la distribution de bons d'achats verts qui permettraient d'acheter des produits respectueux de l'environnement et uniquement dans les commerces de Monaco. Le montant reste à déterminer, mais le fond de l'idée serait d'accompagner les changements d'habitudes de consommation, tout en générant de la TVA à Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct