“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Transition énergétique : L’An 1 de la Mission pour la transition énergétique on en est où ? Prince Albert II : Chacun à son rôle à jouer !

Mis à jour le 01/04/2019 à 10:03 Publié le 01/04/2019 à 10:03
« À vous de jouer ! » : c’est le message délivré vendredi par le gouvernement et le souverain.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Transition énergétique : L’An 1 de la Mission pour la transition énergétique on en est où ? Prince Albert II : Chacun à son rôle à jouer !

Le tout-Monaco de l’engagement écologique était réuni au Yacht-club, vendredi soir, pour assister à la conférence annuelle de la transition énergétique. L’heure des premiers bilans

« Il n’y a jamais eu autant de monde à cette réunion annuelle. » La remarque de cet habitué est un bon signe. Une jauge de la prise de conscience en Principauté. Vendredi soir, la Ballroom du Yacht-club était archi-comble lorsque Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, a dressé les premiers bilans, un an après le lancement de la Mission pour la transition énergétique (MTE), le bras armé du Livre blanc présenté par le prince Albert II en 2017.

Une nouvelle page de ce combat contre l’émission de gaz à effet de serre (GES) en Principauté a été ouverte, vendredi soir. Après avoir rappelé toutes les mesures prises par le gouvernement princier depuis trois ans (1), Marie-Pierre Gramaglia a lancé un appel à la mobilisation générale : « Il est indispensable que tout le monde s’investisse. Les discours, les bonnes intentions, les règlements et interdictions ne sont rien sans les efforts qui doivent être faits individuellement et collectivement. » D’où le thème retenu pour cette conférence annuelle : « A vous de jouer ».

Et pour s’assurer que la bonne parole et les bonnes pratiques se répandront bien sur chacun des Monégasques, résidents et salariés de la Principauté, un Comité stratégique du Pacte national pour la transition énergétique sera créé cette année. « Il aura pour rôle d’accompagner et de relayer la Mission pour la transition énergétique dans son action de mobilisation de toutes les composantes de la communauté monégasque », indique la conseillère-ministre de l’Environnement.

« Il nous faut aller quatre fois plus vite et tous ensemble », complète Annabelle Jaeger-Seydoux, la directrice de la MTE. Pour ce faire, des actions seront menées cette année dans quatre domaines prioritaires.

BTP : une nouvelle réglementation énergétique sera adoptée afin d’éradiquer le fioul en 2022 et des audits énergétiques réalisés sur le bâti.

Énergies renouvelables : la production d’énergie solaire sera doublée et deux projets de pompe thalasso-thermiques réalisés pour alimenter La Condamine et le Larvotto en énergie verte.

Déchets : les filières de recyclage seront améliorées et la consommation de plastique réduite avec l’interdiction des pailles et des bâtonnets mélangeurs.

Mobilité : le nombre de voitures électriques en autopartage sera doublé et celui de vélos électriques triplé (lire ci-dessous). Et puis, comme l’incite Annabelle Jaeger-Seydoux : « Marchez et utilisez les transports en commun ! » Cela va de soi mais ça va mieux en le disant…

À ce jour, le Pacte national pour la transition énergétique compte 714 signataires : 640 particuliers, 69 entreprises, 3 institutions et 2 associations. L’an dernier, 452 signataires ont été interrogés. Voici les principaux enseignements du sondage.

69 % des signataires sont de Monaco, 13 % de communes voisines (Beausoleil, Cap-d’Ail et Menton), 7 % de Nice et 12 % d’ailleurs.

92 % recommandent d’adhérer au Pacte.

97 % jugent pertinentes les actions proposées dans le Pacte.

84 à 88 % des sondés trouvent le Pacte très utile ou utile pour adopter de nouvelles habitudes écoresponsables.

85 à 93 % sont prêts à mettre en place de nouvelles actions destinées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

C’est un chef d’État investi et grave qui s’est présenté au pupitre, vendredi soir. Investi par son engagement en faveur de la protection de l’environnement, qui est aujourd’hui reconnu sur la scène internationale. Grave en raison de l’urgence à agir.

« Je n’ai pas besoin de vous rappeler ici la gravité de la situation, ni l’urgence à laquelle nous faisons face. Vous savez comme moi que les périls qui touchent notre planète, son système climatique, ses grands équilibres, sont des menaces pour chacun d’entre nous. Et vous savez comme moi que, pour les prévenir, pour les réduire, pour en limiter les impacts, nous avons besoin de toutes les bonnes volontés. »

D’où le Livre blanc, puis le Pacte pour la transition énergétique. Et maintenant ? « Il faut aller au-delà des instances internationales, au-delà des décisions gouvernementales, au-delà de tous ces chantiers que nous conduisons. Il faut impliquer tout le monde, comme nous le faisons aujourd’hui. Il faut identifier, proposer et promouvoir des solutions concrètes et partagées. » Et il y en a de belles et nombreuses (lire par ailleurs).

Aussi le souverain lance-t-il un appel solennel : « Il faut surtout rappeler à tous que chacun a son mot à dire, que chacun est responsable de notre destin, que chacun a son rôle à jouer, pour reprendre le titre de cette journée. Et, chacun à notre niveau, il faut repenser l’ensemble de nos actions. » Et le prince Albert II de conclure : « Je vous donne rendez-vous à tous, chaque jour, pour que nous changions ensemble nos comportements et nos habitudes. Pour que chacun joue son rôle dans la transition énergétique. »

(DR)
« Je n’ai pas besoin de vous rappeler ici la gravité de la situation, ni l’urgence à laquelle nous faisons face. »

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.