Rubriques




Se connecter à

Solar Impulse poursuit son vol

L'avion Solar Impulse 2 (SI2) a repris hier la onzième étape de son tour du monde aérien.

M.L. Publié le 13/05/2016 à 05:11, mis à jour le 13/05/2016 à 05:11
Solar Impulse, au-dessus des Rocheuses entre Phœnix et Tulsa. Photo DR

C'est le premier événement de ce type jamais réalisé uniquement à l'énergie solaire. L'avion a quitté l'ouest américain pour rallier l'Oklahoma et le centre des États-Unis, avec des conditions météorologiques idéales.

Le pilote suisse Bertrand Piccard a décollé de Phœnix (sud-ouest) vers 3 h du matin, heures locales (10 h GMT). « Nous avons trouvé une fenêtre météorologique qui nous permet de prévoir un vol de 17 heures et 50 minutes pour atteindre le cœur des États-Unis », explique Raymond Clerc, directeur de mission Solar Impulse 2. Après environ dix-sept heures de vol, il a rallié Tulsa (Oklahoma), le tout sans aucun carburant. « Tout s'est décidé au dernier moment. Nous avons trouvé sur place un hangar d'avion civile appartenant à la American Airlines. Ils nous l'ont mis à disposition.»

 

Après être resté cloué au sol pendant plusieurs mois pour subir des réparations, l'avion écologique a repris son tour planétaire en avril dernier pour la traversée du Pacifique, d'Hawaï vers la Californie. Il s'est ensuite envolé des alentours de San Francisco pour Phœnix le 2 mai. Une ou deux étapes supplémentaires sont encore prévues d'ici à l'arrivée sur New York, sur la côte Atlantique.

Après New York, le SI2 devra encore traverser l'Atlantique avant se poser en Europe, avant un retour à son point de départ à Abu Dhabi, d'où Bertrand Piccard et André Borschberg sont partis le 9 mars 2015.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.