Rubriques




Se connecter à

Réchauffement climatique: et si les avions finissaient pas être cloués au sol à cause des fortes chaleurs?

Selon des chercheurs toulousains, le réchauffement climatique et l’augmentation des températures pourraient avoir des conséquences sur le trafic aérien. Des avions seraient cloués au sol en cas de forte chaleur, incapables, notamment, de décoller. Un comble, alors que l'aviation génère 2% des émissions mondiales de CO2.

P.P. Publié le 16/07/2021 à 10:23, mis à jour le 16/07/2021 à 10:28
Illustration avion en vol. Photo D.R.

Depuis deux ans, des chercheurs du Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique (Cerfacs), en collaboration avec Airbus, mesurent l’impact du changement climatique sur l’aviation. Comme le précise Midi libre, citant La Tribune, Emilia Sanchez Gomez, Sophie Ricci et Nicolas Gourdain révèlent que les épisodes de fortes chaleurs peuvent paralyser le trafic aérien.

Attendre que les températures baissent pour décoller

La chercheuse Emilia Sanchez Gomez a donné l'exemple de l’aéroport de Phoenix (États-Unis) qui, en 2017, a dû faire face à des températures avoisinant les 47°C durant plusieurs jours, obligeant les avions à rester cloués sur le tarmac.

Selon elle, "ce type d'événement est de plus en plus fréquent. En 2019, les températures sont montées à 42°C à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, occasionnant des perturbations. Les avions devaient attendre que les températures baissent pour pouvoir décoller". En résumé, explique-t-elle, la température terrestre "entraîne la diminution de la densité de l’air et, donc, de la force de poussée nécessaire au décollage de l’avion".

Quelles solutions?

Dans le secteur de l'aviation qui génère environ 2% des émissions mondiales de CO2, deux solutions semblent toutefois exister selon les conclusions de l'étude: soit diminuer le nombre de passagers pour réduire le poids de l’avion, ou augmenter la longueur des pistes de décollage "afin que l’avion puisse accélérer suffisamment et atteindre la vitesse critique".

 

Montée des eaux et plus de turbulences

Dans le cadre des recherches sur "l'impact du changement climatique sur l’aviation", mené en partenariat avec l’Isae-Supaero, Météo-France, l’Onera, l’Enac et l’avionneur Airbus, il a été établi une liste des aéroports les plus touchées, comme Madrid, Dubaï, Mexico, Johannesburg, Quito et Phoenix.

Parmi les autres impacts probables du réchauffement climatique évoqué par les chercheurs figurent aussi la montée des eaux, qui pourrait concerner certains aéroports, et l'augmentation du nombre de turbulences.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.