“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Quelles plantes installer pour aider les pollinisateurs?

Mis à jour le 04/05/2021 à 15:34 Publié le 04/05/2021 à 15:00
Le romarin est une aromatique mellifère, locale, et qui fleurit longtemps. (Photo L. M.)

Le romarin est une aromatique mellifère, locale, et qui fleurit longtemps. (Photo L. M.) Photo L. M.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Quelles plantes installer pour aider les pollinisateurs?

Des années de pesticides ont mis à mal les populations d’insectes pollinisateurs. Mais on peut les aider en plantant de quoi les nourrir

Le muflier et ses fleurs allongées sont facilement accessibles pour les bourdons, qui y plongent bien volontiers.
Le muflier et ses fleurs allongées sont facilement accessibles pour les bourdons, qui y plongent bien volontiers. Photo L.M.

On l’entend depuis des années: les pollinisateurs souffrent. Des années d’agriculture intensive et d’épandages de pesticides en tous genres, déciment des populations entières d’insectes qui nous sont pourtant bien utiles, car sans eux, il pourrait devenir compliqué de s’alimenter. On pense souvent aux abeilles, mais elles ne sont pas seules: "Un quart des insectes sont floricoles, donc pollinisateurs. Les coléoptères, les papillons, les mouches, et les abeilles ou les guêpes, représentent 95% des pollinisateurs," explique Vincent Albouy, ancien attaché au laboratoire d’entomologie du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et auteur de Pollinisation - Le génie de la nature. Alors faire attention aux abeilles, c’est bien, mais ça ne suffit pas.

Toutes les formes ou presque

Pour faire plaisir à tout le monde, il faut s’adapter à toutes les morphologies. "Il vaut mieux varier à la fois les formes de fleurs et les couleurs. La sauge par exemple est très bien adaptée aux abeilles en général. Les astéracées, comme la marguerite, sont des fleurs plates, qui sont accessibles à une très large gamme d’insecte, comme les papillons ou les mouches. Il faut essayer d’avoir un jardin fleuri le plus longtemps possible, de la fin de l’hiver jusqu’au milieu de l’automne. Il faut penser également aux papillons de nuit, en plantant des fleurs nocturnes qui, souvent, sentent bon, comme le tabac."

Pour ce scientifique, toutes les fleurs sont bonnes à prendre, ou presque: "Qu’elles soient exotiques ou non, les insectes sauront butiner les fleurs. On peut donc largement puiser dans la palette de fleurs présentes dans les jardineries. Par contre, on fera attention aux variétés très améliorées comme les fleurs doubles ou les pompons, car il n’y a généralement plus de pollen ou de nectar accessible."

Pour Céline Baurreau, qui travaille à la production végétale de l’antenne antiboise de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), il vaut mieux cibler davantage: "Il y a déjà beaucoup de plantes exotiques implantées sur la Côte d’Azur, c’est mieux d’utiliser les plantes locales, d’autant qu’il y en a beaucoup qui sont intéressantes pour les pollinisateurs. C’est le cas par exemple de beaucoup de plantes aromatiques à condition de les laisser fleurir." Donc lâchez-vous avec l’origan, le thym, le romarin ou la sauge, qui vous offriront en plus une cuisine savoureuse. Autre avantage: elles fleurissent longtemps.

Les aromatiques ne sont évidemment pas les seules plantes locales nectarifères: "Toute la famille des cistes est également intéressante, celle des mauves également. Il y a aussi la lavande papillon." Du côté des arbres, Céline Baurreau retiendra également l’arbousier, le noisetier, le myrte ou le prunellier.

En jardinerie, on trouvera de nombreux mélanges de graines prêtes à semer. Ce sont souvent des plantes annuelles, qui se resèment spontanément si on les laisse monter en graine.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.