Rubriques




Se connecter à

Quel est l'impact de la climatisation sur le réchauffement de l'air extérieur?

Alors que nous sommes toujours plus nombreux à nous équiper de climatiseurs, 47% dans le Sud-Est, quels sont les effets sur les îlots de chaleur en ville? Comment se rafraîchir en évitant la surchauffe?

Sophie Casals Publié le 19/07/2021 à 17:30, mis à jour le 25/07/2021 à 14:28
decryptage

Quel est le problème?

La multiplication des épisodes de canicule ces dernières années a dopé l'achat de climatiseurs. En région Sud et en Corse, 47% des habitants ont recours à la clim'. (1)

"Les systèmes de pompe à chaleur air-air ont une unité à l'intérieur et à l'extérieur. En été, on rafraîchit la pièce, mais on réchauffe l'air extérieur," résume Céline Laruelle, ingénieur à l'ADEME et auteur d'une étude sur le sujet. (2) 

Des phénomènes locaux d’élévation des températures sont observés lorsqu’une forte densité d’unités extérieures de climatisation évacue dans le milieu ambiant les calories captées dans les bâtiments.

Comment mesurer l'augmentation de la température engendrée par l'usage de climatiseurs? "L'impact est compliqué à modéliser, mais un bureau d'études a fait des simulations, poursuit-elle. La combustion d'1 litre d'essence dans 1.000 m3 d'air augmente la température de 25°C à 43°C. Et le fonctionnement d'un climatiseur pendant 1 heure provoque une hausse de 25°C à 39°C", précise-t-elle.

 

Impact dans les rues

En ville, quel est l'effet de la climatisation? Il est plus difficile d'en évaluer les conséquences. "L'air n'y est pas stagnant, le vent peut entrer en jeu."

La climatisation participe aux îlots de chaleur urbains dans les rues mais aujourd'hui la situation reste acceptable.

Une étude réalisée en 2012 par le CNRS et Météo France mettait en évidence que la température dans les rues était augmentée de 0,5°C par l'utilisation de climatiseurs.

Et demain?

A l'échelle mondiale la demande en climatisation explose. Elle pourrait être multipliée par 30 d’ici à la fin du siècle, d’après une estimation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

 

Dans l'hypothèse d'un doublement de la puissance installée d'ici à 2030, un modèle développé en 2010 dans le cadre du projet Clim par le CNRS et Météo France estime que l’augmentation de la température nocturne imputable à la climatisation sèche pouvait atteindre jusqu'à 3°C, par rapport à un cas de référence sans climatisation.

Si au niveau individuel, tous les logements à Nice s'équipent de climatiseurs, il y aura des problèmes de surchauffe.

Pour rafraîchir son logement, des astuces existent. Fermer ses volets pendant la journée, bien ventiler la nuit, s'équiper de ventilateurs, ne pas faire fonctionner son four…

"Une fois qu'on a écumé ces solutions, si on opte pour la climatisation, tout est une question de dosage." Là encore, Céline Laruelle avance des chiffres: "si on règle la climatisation à 22°C au lieu de 27°C, on multiplie par 2 la production de chaleur, et sa consommation d'électricité."

 

Par ailleurs, l'ingénieur invite à privilégier la géothermie dans les nouvelles constructions. Le principe est de produire du froid avec la fraîcheur du sol, sans effet de réchauffement. "Certains bâtiments de bureaux ont opté pour cette solution, c'est envisageable dans le neuf, parce que sinon ça implique de refaire le terrassement."

(1). D'après une enquête Coda Stratégies auprès de 800 ménages.

(2) La climatisation de confort dans les bâtiments résidentiels et tertiaires, Ademe.

Et vous qu'en pensez-vous?

N'hésitez pas à m'écrire pour me faire part de vos réactions, propositions.

scasals@nicematin.fr

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.