“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Plastiques, bouteilles, canettes, textiles... Sous les pointus du port de Nice, des monceaux de détritus

Mis à jour le 28/04/2021 à 22:11 Publié le 29/04/2021 à 07:30
Des plongeurs sous les pointus de la panne M et les membres de La Mouette pour les encadrer et réceptionner les détritus formant une décharge sous-marine. Une opération nettoyage organisée hier.

Des plongeurs sous les pointus de la panne M et les membres de La Mouette pour les encadrer et réceptionner les détritus formant une décharge sous-marine. Une opération nettoyage organisée hier. (Photo Eric Ottino)

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Plastiques, bouteilles, canettes, textiles... Sous les pointus du port de Nice, des monceaux de détritus

Bonne pêche aux immondices grâce à l’opération menée par la chambre de commerce et d’industrie et plusieurs associations dont La Mouette.

L’envers du décor est parfois nauséeux. Sous les jolis pointus du port de Nice, colorés comme des bonbons acidulés, stagnent des immondices qui soulèvent le cœur.

La preuve, ce mercredi, lors de la matinée de nettoyage d’une partie du plan d’eau, sous la panne M. Là où sont amarrées les 80 emblématiques barques niçoises appartenant aux passionnés du club de La Mouette-Les pointus de Nice.

"Une première"

Une opération nettoyage organisée par la CCI Nice Côte d’Azur, gestionnaire du port de Nice, sur l’initiative et en partenariat avec La Mouette, les associations de plongeurs ANAO et Bleu Gorgone.

La démarche a ravi les patrons des pointus, "car il s’agit d’une première", indique Jean-François Rubolini, président de La Mouette. Et elle risque fort de se répéter, vu la moisson récupérée par les hommes-grenouilles, dont la sécurité fut assurée par les propriétaires des pointus. Au total, plus de 25 volontaires ont procédé au récurage des eaux, avec la participation de jeunes, eux aussi motivés pour préserver la mer.

Autant dire que cette équipe n’est pas rentrée bredouille de l’opération.

Voici ce que les plongeurs des deux associations ont remonté à la surface: 1.000 litres de plastiques divers (pneus, cônes de signalisation, bâches, tapis...), 500 litres de verre (bouteilles de vin, de bière...), 100 litres de canettes (bière et soda), 100 litres de métal, dont une roue de vélo), 50 litres de textiles et 2 batteries. Écœurant n’est-ce pas? Devant ce triste butin, Sandra Banctel, secrétaire de la toute nouvelle association Bleu Gorgone, spécialisée dans la préservation du milieu sous-marin méditerranéen et des bras de rivière, dresse le bilan suivant: "Il s’agissait de faire un état des lieux. On n’a pas tout enlevé. En une fois ce n’est pas possible." En outre, la visibilité n’était pas au top: les remous du sol envasé ont rapidement gêné la détection des déchets.

Il faudra revenir à la charge. Ou plutôt à la décharge. "Il faudra aussi faire de la prévention et verbaliser", pronostique un autre plongeur.

Apéros sauvages

La suite? Les détritus seront triés pour être ensuite valorisés "afin de réduire l’impact des activités sur l’environnement", indique-t-on à la CCI, très impliquée dans la collecte et le tri ses immondices.

La gestion des déchets? "C’est l’affaire de tous", rappelle un représentant de l’organisme consulaire.

Mais tous n’ont pas le même prisme de la sensibilisation à la propreté.

Régulièrement, en milieu et en fin d’après-midi, des groupes de gens se retrouvent sur cette partie du bassin Lympia et partagent des apéros. Sans masque, mais avec des provisions d’alcool, dont les récipients, finissent à la baille. On l’a vu avec désolation...

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.