“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco se dote d'une montgolfière écolo !

Mis à jour le 06/01/2018 à 05:17 Publié le 06/01/2018 à 05:17
Sans le financement de la marque de champagne Jeeper, cette montgolfière écolo n'aurait jamais vu le jour.

Sans le financement de la marque de champagne Jeeper, cette montgolfière écolo n'aurait jamais vu le jour. Club des Aéronautes de Monaco

Monaco se dote d'une montgolfière écolo !

Le 5e prototype de « ballon » écologique dans le monde prendra bientôt son envol depuis la Principauté ! Un pari fou porté par Alain Cruteanschii, président du Club des Aéronautes

Le Club des Aéronautes de Monaco présentera sa nouvelle montgolfière révolutionnaire et écologique à l'occasion d'un évènement au Grimaldi Forum, la semaine prochaine (lire ci-dessous).

Il aura fallu dix années de conception et de collaboration entre le premier constructeur européen de montgolfière, Ultra Magic, et le concepteur Suisse « d'éco ballon », Balloon Concept, pour que cet aérostat révolutionnaire voit le jour.

Nouvel acquéreur de ce « petit » bijou, le Club des Aéronautes de Monaco rêve de le faire décoller de la place du Palais au premier trimestre 2018.

Actuellement, il n'y a que quatre prototypes de ce ballon écologique qui volent dans le monde, trois en Espagne et un Suisse. Des pionniers bientôt imités en Principauté à force de persévérance.

En 2016, après l'arrêt des subventions versées au club par la SBM, qui l'avait contraint à cesser toutes activités, le président Alain Cruteanschii a en effet été marqué par un discours engagé du prince Albert II sur l'écologie. Il décide alors de prendre un virage écolo à 360°. Désormais, il fera tout pour, à terme, disposer d'une flotte écolo.

70% d'économie d'énergie

Car Alain Cruteanschii concède, avec regret, que les montgolfières classiques sont des « passoires thermiques ». C'est d'ailleurs sur ce point que les pilotes, chercheurs et ingénieurs - y compris monégasques - ont travaillé tous ensembles, et développé un système révolutionnaire. « C'est comme le principe du double vitrage, deux couches de tissus séparées par de l'air. Sur les montgolfières classiques, cette couche d'air n'existe pas ».

En créant cette enveloppe à double paroi isolante et en allégeant les matériaux, on évite la dissipation de la chaleur, donc on chauffe moins. Cette montgolfière de 27 m de haut, 20 m de diamètre et 3 400 m2 de volume, consomme alors 70 % d'énergie en moins et nécessite 3 fois moins de carburant.

Le président rajoute également que l'un des avantages majeurs est : « Comme on consomme moins, on peut aller plus loin. On passe donc d'une autonomie de vol de 3 heures à 9 heures. »

Objectif 90 %

Limité par l'autonomie de ses ballons et la configuration de la géographie aux alentours de Monaco, le club ne pouvait pas, jusqu'ici, décoller de la Principauté.

Avec ce nouveau modèle à la pointe du progrès, ce sera désormais possible. « Le vol inaugural aura lieu entre février et mars 2018. C'est une première et pour le lieu nous avons demandé au souverain, s'il serait possible de décoller de la place du Palais. » A ce jour, rien de sûr, Alain Cruteanschii est toujours dans l'attente d'une réponse officielle.

À l'occasion de la présentation au Grimaldi Forum, le club espère obtenir de la visibilité sur leurs activités et leurs projets. « Nous attendons que nos deux anciennes montgolfières arrivent en fin de vie pour les remplacer par des modèles écologiques et nous continuons activement de travailler avec nos ingénieurs et nos chercheurs pour atteindre l'objectif d'une économie d'énergie de 90 %

Un projet d'ailleurs inscrit dans le programme « 1 000 initiatives pour la planète » d'un célèbre membre du club, et héros de l'aventure Solar Impulse, Bertrand Piccard.


La suite du direct