“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les navires de croisière polluent-ils trop à quai ?

Mis à jour le 06/10/2017 à 05:32 Publié le 06/10/2017 à 05:31
La pollution émise par les paquebots est pointée du doigt par plusieurs élus.	(Archives photo N.-M.)
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Les navires de croisière polluent-ils trop à quai ?

En séance publique, les élus ont demandé au gouvernement de trouver des solutions pour éviter aux paquebots de brûler des quantités de fuel polluant quand ils sont à quai

Au cours de l'étude du budget rectifié de l'État mardi soir, à la ligne sur la SEPM, Daniel Boéri a pris la parole pour s'émouvoir de la situation environnementale imposée par les bateaux de croisière dans l'air monégasque. « Un navire de 360 mètres pollue comme un million de véhicules par jour. Ceux que nous recevons en Principauté, d'environ 250 mètres, sont l'équivalent de la pollution de 600 000 voitures ».

Idée reprise par Claude Boisson, qui questionne : « Ces bateaux polluent avec des pétroles lourds, ne pourrait-on pas électrifier la digue en conséquence pour éviter qu'il utilise à quai du fuel ? »

Sur la question, Marie-Pierre Gramaglia a expliqué que le gouvernement avait fait une étude pour alimenter électriquement les navires à quai. « Malheureusement vue la puissance électrique demandée et le matériel nécessaire, il est impossible de raccorder les paquebots au réseau monégasque ». La seule solution pour avoir l'électricité à quai demeure de faire fonctionner leurs groupes électrogènes, en brûlant des grandes quantités de pétrole.

Marge de manœuvre limitée

« Il faudrait qu'ils utilisent un carburant de meilleure qualité comme le Marine Gas Oil, plus cher mais moins polluant que le HFO, traditionnellement utilisé dans ces paquebots. Mais en l'absence d'une réglementation commune dans les pays de la Méditerranée, il est difficile pour la Principauté d'instaurer cette règle. Notre marge de manœuvre est limitée », continue la conseillère de gouvernement pour l'Équipement, l'Urbanisme et l'Environnement. Ceci dit, la direction des Affaires maritimes réfléchit à un texte réglementaire qui interdirait aux navires en escale en Principauté d'utiliser le HFO.

Autres solutions ? « Dans les pays de la mer du Nord, les bateaux qui utilisent le mauvais carburant ne peuvent pas naviguer. On n'y arrivera pas du jour au lendemain mais on peut travailler dans ce sens », plaide Daniel Boéri. Et Jean-François Robillon de rappeler qu'il a déjà suggéré il y a quelques années d'utiliser des sortes de chapeaux placés sur les cheminées des navires à quai pour capter les émissions nocives. « C'est utilisé à Marseille pour couvrir les évacuations et les traiter » souligne l'élu.

Et Jean-Louis Grinda, président de la commission de l'Environnement, de tancer : « Un bateau de croisière utilise 1 tonne par jour de fuel pour l'air conditionné. Je ne crois pas que tout seul on va pouvoir faire changer la qualité du fuel. Sans compter que cette pollution n'est pas prise en compte dans nos calculs de respecter le protocole de Kyoto ».

Il n'empêche que la solution électrique semble impossible. Une situation qui étonne Jean-Charles Allavena. « On apprend publiquement que les bateaux ne pourront pas se raccorder au troisième poste source en construction. À quel moment on s'est rendu compte de cette anomalie, alors qu'il devait être dédié au port ». En réponse, Marie-Pierre Gramaglia explique : « On espérait que les navires puissent s'y brancher, mais les raisons techniques évoquées l'empêchent. Cependant, ce troisième poste source, qui sera livré en 2019, est primordial pour le développement de la partie Est de la Principauté ».

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.