“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco Blue Initiative: le Prince Albert II connecté au monde pour protéger les océans

Mis à jour le 28/05/2020 à 22:26 Publié le 28/05/2020 à 22:25
Jeudi à Monaco et à travers le monde, on a planché sur le développement des aires marines protégées.

Jeudi à Monaco et à travers le monde, on a planché sur le développement des aires marines protégées. Photo Gaétan Luci/Palais princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco Blue Initiative: le Prince Albert II connecté au monde pour protéger les océans

Jeudi, depuis le Musée océanographique et via internet, le prince Albert II a présidé le premier atelier de la 11e Monaco Blue Initiative, un club planétaire de décideurs réunis pour sauver les océans.

Dans un premier temps, mi-mars, au moment où Monaco s’apprêtait à se confiner, il avait été décidé de tout annuler.

La Monaco Blue Initiative et la Monaco Ocean Week, les deux événements internationaux dédiés à la protection des océans, qui devaient se tenir du 24 au 28 mars. Une semaine où la Principauté devient, en quelque sorte, la capitale mondiale des océans.

Et puis, finalement, les téléconférences ayant prouvé toute l’étendue de leurs capacités pendant les deux mois de confinement, mais aussi sous la pression des participants, la Fondation Prince Albert II et l’Institut océanographique ont décidé de sauver la 11e édition de la Monaco Blue initiative, la MBI pour les intimes.

70 personnalités au bout du fil

C’est donc hier, dans la salle Tortues du Musée océanographique, que s’est déroulé le premier des trois ateliers de cette édition, non pas physique mais en version digitale. C’était à 15h, à un horaire qui permet aux participants américains de se connecter tôt le matin, et dans la soirée pour l’Asie.

À Monaco, quatre personnes étaient devant le grand écran: le prince Albert II, qui préside cet atelier, Bernard Fautrier, son conseiller pour les questions environnementales, Olivier Wenden, le vice-président de la Fondation Prince Albert II, et Robert Calcagno, le directeur de l’Institut océanographique.

À l’autre bout du fil, environ 70 personnalités et experts, à l’image de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Virginijus Sinkevicius, commissaire européen à l’Environnement, aux Océans et à la Pêche, ou encore Sabine Jessen, secrétaire du 5e Congrès international des Aires marines protégées (AMP).

Objectif: 30% d’aires marines protégées

Ça tombe bien puisque la 11e Monaco Blue Initiative s’intéresse principalement aux AMP. L’enjeu de cette édition? "Réussir à mettre en place des aires marines protégées qui fonctionnent", répond Robert Calcagno.

L’objectif était d’atteindre 10% d’AMP en 2020. Or, aujourd’hui, nous en sommes à peine à 7%, dont quelques-unes sont "des aires marines protégées de papier, déclarées mais pas encore vraiment mises en œuvre", indique Robert Calcagno.

Autrement dit, poursuit-il, "non seulement l’objectif n’est pas atteint, mais le consensus scientifique, et progressivement politique, table sur un objectif de 30 % d’aires marines protégées à l’horizon 2030".

Il en existe 32 sortes, depuis les sanctuaires où toute pêche et navigation sont interdites, jusqu’à des zones où la pêche et les activités anthropiques sont encadrées.

"Une aire marine qui fonctionne, assure la pérennité de la biodiversité, une pêche durable, une exploitation économique propre, un écotourisme, éclaire Olivier Wenden. Le sanctuaire Pelagos, dont Monaco, la France et l’Italie sont à l’origine, est une aire marine protégée qui fonctionne bien."

Mais il y en a trop peu en Méditerranée. Moins de 3% de cette mer est protégée, dont 1,67 % par le sanctuaire Pelagos.
1,8 M€ pour protéger la Méditerranée

Lors de la venue de François Hollande à Monaco en 2013, le Med Fund a été créé, un fonds pour les AMP. Une somme de 1,8 Me a été débloquée pour soutenir pendant cinq ans la création d’aires marines protégées en Méditerranée, notamment en Tunisie et en Albanie. Un sujet, parmi d’autres, qui a été longuement évoqué jeudi.

Quant à la décision de se fixer un grand objectif mondial de 30% d’AMP en 2030, elle se prendra en Chine, au mois d’octobre. À moins que ce grand rendez-vous international ne soit reporté…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.