“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les cotons-tiges, couverts et assiettes en plastique jetables interdits à Monaco dès le 1er janvier 2020

Mis à jour le 31/12/2019 à 08:05 Publié le 31/12/2019 à 08:05
Autant d’accessoires du passé à partir du 1er janvier.

Autant d’accessoires du passé à partir du 1er janvier. Photo d'illustration Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les cotons-tiges, couverts et assiettes en plastique jetables interdits à Monaco dès le 1er janvier 2020

À partir du 1er janvier, les cotons-tiges, couverts et assiettes en plastique jetables seront interdits à Monaco. Une manière de réduire le fléau des déchets plastiques, et de changer les habitudes.

La conscience écologique s’éveille de plus en plus chez chacun d’entre nous, et les habitudes changent doucement. Un peu trop doucement, aussi le législateur a-t-il décidé de passer à la vitesse supérieure (mais insuffisante d’après de nombreuses ONG).

Dans la catégorie "plastiques indésirables", l’année dernière, les nominés étaient les pailles et les touillettes, théoriquement éradiquées de la circulation, emboîtant le pas aux sacs en plastique jetables.

Cette année, dans la catégorie des déchets en plastique à éliminer, sont nominés: les cotons-tiges, les couverts et les assiettes jetables. Tous ces articles, s’ils sont en plastique, devront disparaître des étales et de la circulation au plus vite.

Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, souligne: "en Principauté, nous nous inscrivons résolument dans une démarche qui tend à proscrire l’usage de tous les plastiques à usage unique. Une évidence au regard des impacts et des dangers que représentent les plastiques sur l’environnement en particulier pour la faune marine, sachant qu’en grande majorité les micro-déchets plastiques sont rejetés en mer. Lutter contre les plastiques à usage unique c’est aussi réduire les gaz à effet de serre qui sont générés par leur fabrication, leur transport et leur élimination. Ce sont ces préoccupations alliant protection de la biodiversité, changement climatique et amélioration de la qualité de vie qui sont au cœur de l’action du Département".

Solutions pérennes

La disparition des pailles cette année a fait apparaître des alternatives en bambou, en avocat, en papier, ou en maïs.

L’interdiction du coton-tige fait déjà le jeu de ses substituts en bambou. Et de la même façon qu’il existe des pailles en inox, ou des tasses en céramique, il existe des curettes en inox pour remplacer les cotons-tiges dans l’hygiène auditive.

Et pour la vaisselle, il vaut mieux emporter une assiette et des couverts au bureau. Au pire, des alternatives très astucieuses et pérennes se développent pour les pique-niques et les voyages.

Profitons de ce changement de réglementation pour bannir les produits à usage unique, quel qu’en soit le matériau. Car l’espèce humaine est la seule à produire des déchets. Et comme nous l’avait confié l’organisation Zero Waste France dans une édition précédente: "le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.