Les coffres d’amarrage sont censés protéger les fonds marins des yachts, est-ce que ça marche vraiment?

Installées au large de Beaulieu, Èze, Antibes, Golfe-Juan et Cannes: ces bouées d’amarrage permettent aux yachts de ne pas abîmer les fonds. Bilan après un mois de mise en service.

margot dasque Publié le 27/08/2022 à 07:30, mis à jour le 26/08/2022 à 17:48
Six coffres sont répartis le long du littoral azuréen: l’année prochaine, neuf installations de plus seront disponibles. (Photo Patrice Lapoirie)

De drôles de soucoupes flottantes. Les aliens auraient-ils choisi la Côte d’Azur pour passer leurs vacances?

Depuis un mois, six installations signées Donia Mooring ont fait leur apparition non loin des côtes entre Beaulieu, Èze, Antibes, Golfe-Juan et Cannes. Un système permettant aux yachts de 24 à 70mètres de mouiller dans ces zones leur étant… interdites (1) car riches en posidonies.

Le principe? Un coffre d’amarrage pour qu’aucune ancre, qu’aucune chaîne, ne vienne détruire les fonds. Fallait y penser, oui. Une manière de ménager la chèvre et le chou, en montrant qu’il n’est pas nécessaire de mener une guerre sans merci au monde du nautisme pour se positionner en protecteur de la Méditerranée.

"Il y avait une vraie demande des capitaines ", indique sans fard Pierre Descamp, créateur de la solution au verrouillage breveté. Mais que se passe-t-il depuis qu’on est passés de la théorie à la pratique? Soulagé, il sourit: " Il n’y a eu aucun problème technique!"

"Ce n’est pas la ruée"

Solide, donc. Pour autant, l’inventeur nuance: "Notre bouée fonctionne en ce qui concerne les efforts d’un yacht de 70mètres par vent modéré. Ce n’est pas un amarrage pour se mettre à l’abri en cas de tempête. "

 

Un aménagement de plaisance, pour profiter d’un cadre que le monde entier veut admirer. Du coup, le succès est au rendez-vous? "Je ne vais pas vous mentir, ce n’est pas la ruée. Mais il est vrai que celle de l’île Sainte-Marguerite est la plus plébiscitée ", concède humblement le biologiste marin: "C’est une première, les équipages ne connaissent pas encore notre système. On a des efforts à faire en termes de communication. " Parce que tout passe par une application: les capitaines doivent faire une réservation pour permettre au navire de s’amarrer. Un changement dans les habitudes qui semble prendre auprès de la jeune génération: " On se rend compte que ce sont plutôt des équipages jeunes qui font confiance à la technologie." Il faut dire qu’ici, il n’y a pas de corps-mort. Un dispositif pensé et inventé en France: le châssis vient de Montpellier, le coffre-fort de Bretagne, les lignes de Toulon, les études de calcul de Nantes…

1,5 million pour 15 coffres

Un boulot signé Andromède. Pour un investissement de taille. Car les fonds de cette opération sont intégralement privés. 100.000 euros par coffre, soit 1,5 million d’euros au total. Avec l’idée de pouvoir, à terme, réinjecter les sommes reçues - à raison de 600 à 1000 euros par jour de location - dans la restauration d’herbiers de posidonie. Mais d’ici là, ce sont neuf autres coffres qui vont émerger avant la saison prochaine, dans les mêmes secteurs pionniers.

Et plus loin? "Effectivement on envisage de développer dans un autre temps cette solution du côté du Var et même plus loin… Comme Saint-Barth ou Portofino par exemple." Soit les paradis estivaux qui s’affichent en long et en large sur les réseaux sociaux: "C’est beau oui. Mais c’est autre chose quand on y plonge… "

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.