Rubriques




Se connecter à

Les bons élèves de la côte contre le changement climatique

Les Trophées climat énergie récompensent chaque année, dans le cadre du forum annuel du Plan climat énergie des Alpes-Maritimes, les acteurs les plus actifs en matière de politique énergétique et d'innovation technologique.

La rédaction Publié le 13/12/2015 à 05:09, mis à jour le 13/12/2015 à 05:09
Les lauréats des Trophées climat énergie réunis autour du président du Département Eric Ciotti. (DR)

Les Trophées climat énergie récompensent chaque année, dans le cadre du forum annuel du Plan climat énergie des Alpes-Maritimes, les acteurs les plus actifs en matière de politique énergétique et d'innovation technologique.

 

Ils viennent d'être remis par Eric Ciotti, président du conseil départemental, Cette année, 21 communes, 19 collectivités et/ou établissements publics, 27 entreprises, et 11 associations étaient en lice, et 50 d'entre eux ont été récompensés dans différentes catégories.

Eric Ciotti a inscrit ce rendez-vous « dans la continuité de l'engagement du Département des Alpes-Maritimes pour lutter contre le changement climatique via son Plan climat énergie. Dès 2009, le Département a défini des objectifs précis de l'ordre de moins 20% des émissions de gaz à effet de serre dans les Alpes-Maritimes. Pour atteindre cet objectif, nous nous sommes engagés sur un plan d'investissement de 560 millions d'euros. Nous pouvons d'ores et déjà recenser des résultats encourageants puisque 620 000 tonnes d'équivalent CO2 ont été économisées depuis 2009. A l'horizon 2020, nous devrions atteindre presque 900 000 tonnes d'équivalent CO2 économisées».

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.