“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Leïla Ghandi : une femme pour la cause des femmes

Mis à jour le 15/02/2020 à 11:37 Publié le 15/02/2020 à 11:37
Leïla Ghandi, Monégasque et Marocaine, s’apprête à créer un événement pour mettre en lumière les parcours de femmes les plus audacieux.	(DR)

Leïla Ghandi : une femme pour la cause des femmes

D’une rive à l’autre de la Méditerranée, la Monégasque et Marocaine défend le droit des femmes et les causes environnementales au travers des médias et dans le monde entier

Elle porte un tee-shirt à l’effigie de Wonderwoman en version « Mum ». Il est 22 heures dans un bar du Port Hercule et rien ni personne ne semble pouvoir freiner son enthousiasme et sa détermination. Non pas qu’elle soit frondeuse mais plutôt heureuse de partager les belles rencontres, les bonnes idées, les grandes ambitions.

Leïla Ghandi - et oui, c’est son vrai nom (avec le « H » à la première syllabe contrairement au mahatma) - a longtemps bourlingué autant qu’elle a fréquenté les cercles fermés des instances politiques internationales, avant de poser ses valises à Monaco en 2010. De nationalité monégasque et marocaine, cette maman de deux jeunes enfants continue, avec le Rocher en point d’ancrage, à sillonner les routes et les ciels du monde portée par des valeurs qu’elle veut défendre dans une veine « friendly ».

Premier Monaco Impact Women Summit

Elle est une femme engagée notamment pour la cause des femmes et la protection de l’environnement. Sur son CV : école de commerce internationale, Sciences po Paris promo 2004, executive program women and power à Harvard, conférencière notamment aux Nations Unies et au Parlement européen, réalisatrice, présentatrice, reporter, décorée chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres et distinguée du Trophée de la réussite au féminin au Sénat et de nombreux prix la récompensant pour son rôle de femme leader (par le Sénat, le Who’s who,...), et même choisie par L’Oréal pour sa prochaine campagne internationale en tant que « femme inspirante »... Rien que cela ! Et rien qu’à 39 ans...

Dans le sillage de la génération 2.0, Leïla Ghandi diffuse des messages non pas à grand renfort de slogans ou d’arguments politiques, mais en témoignant elle-même ou en faisant témoigner les femmes et les hommes qu’elle rencontre. C’est dans cette démarche qu’elle s’apprête à lancer le Monaco Impact Women Summit qui aura lieu en novembre à Monaco.

« Pas de longs discours mais des témoignages »

« Ce rendez-vous est né d’un triple constat, explique-t-elle. Les conférences traditionnelles, où qu’elles soient organisées, et quelles que soient leurs qualités, sont rarement suivies d’effets. Bref, parler entre soi, c’est bien, mais ça ne fait pas bouger les choses. Je constate également la puissance des “role models”, c’est-à-dire de personnalités marquées, comme sources d’inspiration et vecteurs de changement. Enfin, les médias comme moyen de diffusion sont des vecteurs de changement. »

L’objectif est de diffuser le plus massivement possible les témoignages à travers tous les médias (internet, télévision, radio, presse écrite) pour inspirer le plus grand nombre de personnes. Pas de féminisme dans tout cela. « Nous sommes humanistes et œuvrons pour le bien de tous. Nous ne dénonçons pas, nous ne sommes pas dans la revendication. Nous sommes une plateforme d’exemples, d’influence et d’action. Monaco Impact Women Summit, ce n’est pas seulement un événement, c’est un mouvement, une communauté de femmes exemplaires, influentes, engagées, qui font avancer le monde parce qu’elles inspirent ou peuvent inspirer les autres. Qu’elles soient scientifiques, investisseurs, athlètes, environnementalistes, chefs d’entreprise, femmes politiques… Pas de longs discours, pas de table ronde, mais des témoignages. »

Fédérer les associations monégasques

Dans cette perspective, Leïla Ghandi rassemble plusieurs acteurs de la vie locale. Parce que l’union fait la force, elle invite à la rejoindre toutes les associations monégasques qui œuvrent à défendre la cause des femmes. « Mon intention est de fédérer. »

Le premier Monaco Impact Women Summit a le soutien de Stéphane Valeri, président du Conseil national, de Louisette Levy-Soussan, présidente de CREM (Club des Résidents étrangers de Monaco), de Maguy Maccario. Du côté du gouvernement, Leïla Ghandi est en discussion avec Céline Cottalorda, déléguée interministérielle pour la promotion et la préservation des droits des femmes, pour envisager ce qui pourrait être fait ensemble.

« Nous aurons la présence de Delphine Ernotte (présidente de France Télévisions), Ziaudin Yousafzai (activiste pour les femmes et père de la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, Prix Nobel de la paix, qui milite pour le droit à l’éducation et résiste aux talibans), Aude de Thuin (fondatrice du Women’s forum), Jaume Duch (porte-parole du Parlement européen), Maguy Doyle (ambassadeur de Monaco aux USA). Et nous attendons les confirmations de nombreuses autres personnalités. »

Voici une perspective qui est comme un vent frais pour une cause qui se gagnera sans armes ni procès.

2018 : Rejoint France 2 et l’équipe de Daphné Bürki pour l’émission quotidienne Je t’aime etc.

2011-aujourd’hui : Réalisatrice et animatrice TV, Voyage avec Leila Ghandi, émission documentaire mensuelle de 52 minutes diffusée en prime time sur la chaîne YouTube 2MTV.

2005-2011 : chroniqueuse, journaliste freelance, presse écrite et radio marocaine et internationale, conférencière

2011 : Intervenante auprès de l’École Supérieure de Journalisme de Casablanca.

2010 : Chroniqueuse radio Atlantic Radio (Vous en parlerez, chronique d’opinion hebdomadaire).

2009 : Réalisatrice de la série de portraits documentaires Enfants du Maroc, diffusée sur la première chaîne marocaine RTM.

2002-2004 : Rédactrice au journal de Sciences Po Paris.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.