Rubriques




Se connecter à

Le toit du Centre scientifique devient la plus grande centrale solaire publique de Monaco

Il s’agit du 26e et dernier bâtiment public Monégasque qui bénéficie concrètement du fonds vert national pour cette année 2021. Au moins deux autres projets verront le jour en 2022.

kévin sanchez Publié le 07/12/2021 à 16:55, mis à jour le 07/12/2021 à 14:53
photos
La toiture végétalisée a été en grande partie supprimée pour laisser place aux panneaux photovoltaïques. Jean-François Ottonello

Le toit du Centre Scientifique de Monaco s’est à son tour doté d’une armée de panneaux photovoltaïques. 443 pour être précis qui permettront de fournir 250 MWh d’électricité par an, qui s’ajouteront auprès des 1 GWh déjà produit sur le territoire grâce aux 25 autres installations déjà en fonctionnement. Enfin cela reste à affiner car en pratique, entre les mois d’octobre et février, le toit du centre ne bénéficie que de 2 à 3 heures d’ensoleillement quotidien… Toujours est-il qu’en se basant sur le rythme de production hors période hivernale, les panneaux du SCM ne seront pas rentables avant une période de 8 ans. Un investissement sur le long terme de 400 000 euros qui rentre dans le fonds vert national créé au début de l’année 2016.

Pour rappel, la Principauté vise à atteindre la neutralité carbone en 2050. À plus court terme, une réduction des gaz à effet de serre de 55 % est attendue à l’horizon 2030. Pour atteindre ses objectifs, à Monaco, les deux derniers bâtiments publics fonctionnant au fioul ont été reconditionnés dans le courant de l’année. Reste encore pour le service de Maintenance des Bâtiments Publics, qui gère ce dossier écologique, à traiter le sujet des 9 chaudières à gaz restantes avec pour objectif « de ne plus en avoir à l’horizon 2025 », confie le chef de service, Anthony de Sevelinges.

 

Une implication
sans faille

Inauguré hier en présence du prince Albert II, accompagné du conseiller de gouvernement-ministre de l’Intérieur, Patrice Cellario, et la conseillère au département de l’Equipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, Céline Caron-Dagioni, l’installation de ces cellules photovoltaïques fait partie de beaucoup d’autres opérations à vocation écologique ayant déjà démarré au sein du CSM, comme le fait de bannir l’intégralité des plastiques, d’assurer un tri sélectif rigoureux, d’utiliser des ampoules LED basse consommation en complément de détecteurs de présence…

Un engagement logique pour cette institution qui est concernée par les changements climatiques de par ses thèmes de recherche affichés comme la protection des océans, de la banquise ou de la santé humaine. Mais plus que l’institution ce sont les salariés qui doivent jouer un rôle dans cette transition : « Chacun peut décider d’avoir une position vertueuse et d’être à ce titre suivi par la Mission de la transition énergétique (MTE). C’est nécessaire parce que l’engagement de l’institution n’est pas suffisant. Il faut que chacun des acteurs du Centre Scientifique se sentent concernés par cette révolution culturelle », insiste le Professeur Patrick Rampal, président du Centre, qui souhaite voir la soixantaine d’agents du CSM adhérer au Pacte de transition énergétique.

La toiture végétalisée a été en grande partie supprimée pour laisser place aux panneaux photovoltaïques. Photo Jean-François Ottonello.
La toiture végétalisée a été en grande partie supprimée pour laisser place aux panneaux photovoltaïques. Photo Jean-François Ottonello.
La toiture végétalisée a été en grande partie supprimée pour laisser place aux panneaux photovoltaïques. Jean-François Ottonello.

L'impact du dispositif en chiffres

Au Centre Scientifique de Monaco :

  • 15 jours d’installation987 m2 de surface couverte sur le toit du bâtiment par les panneaux solaires
  • 27 kWh d’énergie produite par semaine contre
  • 1 620 kWh consommés au mois de novembre
  • 25 % d’autosuffisance énergétique
  • 20,5 tonnes de gaz à effet de serre évitées sur les 150 tonnes produites par an.

Pour le Service de Maintenance des Bâtiments Publics :

  • 4 968 m2 de surface couverte par les panneaux solaires photovoltaïques en 2021, soit 4 234 m2 supplémentaires par rapport à début 2016.
  • 1 039 MWh de production électrique annuelle.
  • 84,87 tonnes de gaz à effet de serre évitées chaque année.
Plus de 230 entités de la Principauté ont déjà signé le Pacte National ce qui représente 1 200 tonnes de CO2 supprimées grâce aux actions mises en œuvres par les personnes engagées. Jean-François Ottonello.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.