“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le prince Albert II au secours des pollinisateurs

Mis à jour le 21/04/2018 à 05:20 Publié le 21/04/2018 à 05:20
Au Palais du Pharo, le prince souverain a été accueilli par les deux coprésidents-fondateurs de l'Union  de l'apiculture de l'Europe et de la Méditerranée.

Au Palais du Pharo, le prince souverain a été accueilli par les deux coprésidents-fondateurs de l'Union de l'apiculture de l'Europe et de la Méditerranée. Facebook @OFApidologie

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le prince Albert II au secours des pollinisateurs

Le souverain était à Marseille mardi dernier pour assister à la création de l'Union de l'apiculture de l'Europe et de la Méditerranée, pour mutualiser les efforts de sauvegarde des abeilles

On ne va pas enfoncer des portes ouvertes : tout le monde s'accorde à dire que les abeilles ont le bourdon. Entre les pesticides, les changements climatiques, et autres joyeusetés, les ruches font grise mine. Et ça continue, encore et encore, puisque les néonicotinoïdes, principaux pesticides responsables de la disparition des butineuses, ne sont toujours pas définitivement interdits.

Et il va falloir que ça cesse. Alors mardi dernier, le souverain s'est rendu à Marseille pour apporter son soutien à la création de l'UAEM, l'Union de l'apiculture d'Europe et de Méditerranée. Fervent défenseur de l'environnement, le prince souverain a confié à La Provence : « La situation des abeilles en Europe et au bord de la Méditerranée est extrêmement préoccupante ».

Comme dit l'adage, l'union fait la force. C'est bien là l'idée.

Union solidaire

En réunissant 42 pays, et des dirigeants d'entreprise comme Guerlain, Botanic ou Yoplait, l'UAEM espère peser plus lourd : « Le monde est connecté ! On est obligé de l'être pour répondre à des sujets aussi importants. On ne parle pas que des abeilles, on parle aussi de l'avenir de la planète ! Et la seule façon d'agir efficacement, c'est de créer une union solidaire » explique Thierry Dufresne, coprésident fondateur.

L'association se donne pour mission de protéger les abeilles, mais aussi le miel, et les apiculteurs, par le biais de contrôles, de formations, et d'accompagnements.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.