“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le premier tour de piste prometteur de l'e-Rallye Un hommage à Laura et à toutes les victimes

Mis à jour le 16/10/2016 à 05:01 Publié le 16/10/2016 à 05:01
Les concurrents du e-Rallye ont pris le départ de la dernière étape (Monaco-Monaco) devant l'Automobile Club hier soir. Une première !

Les concurrents du e-Rallye ont pris le départ de la dernière étape (Monaco-Monaco) devant l'Automobile Club hier soir. Une première ! Jo Lillini

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le premier tour de piste prometteur de l'e-Rallye Un hommage à Laura et à toutes les victimes

Avec 34 équipages embarqués sur la première édition, l'e-Rallye de Monte-Carlo fait la part belle aux véhicules « zéro pollution ». Une formule qui pourrait bien se renouveler à l'avenirUne trentaine de personnes ont pris part à un semi-marathon, hier, au départ du Palais princier et jusqu'à la Promenade des Anglais. Un événement au profit des familles des victimes du 14-Juillet

Ouvert à différentes catégories de voitures non polluantes et sans émission de CO², l'e-Rallye de Monte-Carlo se veut novateur, à l'image des premières compétitions automobiles organisées en Principauté.

« J'avais l'impression de me retrouver dans les "Monte-Carlo" d'antan où c'était une vraie aventure », s'amuse Jean-Pierre Ballet, l'un des concurrents de cette première édition de l'e-Rallye de Monte-Carlo. Avec son copilote Serge Lombard, ils se sont lancés mercredi après-midi depuis Fontainebleau au volant de leur Kia Soul électrique avec la ferme intention de rallier Alès, destination finale de la première épreuve. « Sur cette première étape, il fallait rejoindre Alès en moins de 46 h sous peine de perdre des points. Les équipes devaient gérer l'autonomie de leur véhicule, leur pilotage et leur régularité », explique-t-on du côté l'Automobile Club Monaco (ACM), organisateur de cette nouvelle compétition. Une épreuve qui laissait libre les coéquipiers de choisir le trajet emprunté et le choix des points de ravitaillement. Les pilotes se sont ensuite mesurés sur une épreuve, non pas de vitesse, mais de régularité sur circuit « Rallye Asphalte » d'Alès. Objectif pour les 34 équipes : traverser des points de passage du circuit à une vitesse moyenne imposée constante. Toujours sur le principe d'un parcours et d'un ravitaillement libre, la seconde étape consistait à rallier Alès à la Principauté en passant notamment par Fontvieille (Bouches-du-Rhône), Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) ou Draguignan (Var).

Rendre hommage

aux « pionniers »

L'e-Rallye de Monte-Carlo se veut donc être la « fille spirituelle » des précédentes compétitions d'automobiles « propres » organisées en Principauté par l'ACM, à savoir le Rallye Monte-Carlo des énergies nouvelles et le Rallye Monte-Carlo ZENN. « On avait déjà innové avec ces compétitions initiées dans les années 1990. Puis, les technologies ont évolué et on est passé à l'hybride avant que les constructeurs ne passent aux véhicules 100 % électriques. L'objectif de l'e-Rallye, c'est de prouver qu'on peut faire la même chose avec des véhicules électriques ou à hydrogènes », détaille Christian Tornatore, vice-président de l'ACM. Après deux compétitions avortées pour cause de mutations technologiques, il espère que l'e-Rallye aura un meilleur avenir : « On va vers une compétition qui prendra de l'ampleur au fil du temps car elle a évidement vocation à se pérenniser », revendique-t-il.

« Une émulation

positive »

Alimentés à l'hydrogène, à l'électricité ou par des piles à combustible, les véhicules concurrents représentent sept constructeurs automobiles pour dix modèles différents en compétition. « Les pilotes sont eux-mêmes étonnés par les performances de leurs véhicules qui parcourent de grandes distances sans qu'ils aient besoin de recharger. Ils sont très satisfaits du format ». Une complicité avec les participants que l'ACM valorise en premier lieu puisque selon Christian Tornatore, « cela créer une émulation positive ». Les pilotes ont pris part à la dernière spéciale « Monaco-Monaco », hier à 20 h 15, pour une ultime boucle de nuit autour des villages qui rappellent le Rallye Monte-Carlo et sa légende : Monti, Lucéram, Moulinet, Sospel et le mythique col de Turini.

Du Palais princier jusqu'au jardin Albert-1er à Nice, c'est un trajet symbolique qui a été parcouru hier par près de trente personnes. Un semi-marathon sous forme d'hommage à Laura Borla, 13 ans à peine lorsqu'elle a été fauchée ce tragique soir du 14-Juillet, ainsi qu'à toutes les victimes de l'attentat de la Promenade des Anglais.

«Je connais son papa, Jacques Borla, depuis que je suis très jeune. Il nous paraissait important de rendre hommage à Laura, sa famille et à toutes les autres victimes », avance Rommy Gianni, capitaine de la Monte-Carlo Polo Team, à l'initiative de cet événement. C'est donc une trentaine de sportifs, huit à vélo et une vingtaine à pied, qui ont pris part à ce semi-marathon au parcours hautement symbolique. Du Palais princier à la Promenade des Anglais, ces trente participants avaient à cœur d'envoyer un message de soutien à toutes les victimes de l'attentat de Nice. Selon Didier Catherine, l'un des coureurs, le sport est un moyen de combattre le traumatisme engendré. « C'est une manière de combattre le stress, la dépression… Et par extension le terrorisme », clame-t-il. « Je ne connaissais pas personnellement Laura, ni son père, employé du Beach club, mais nous montrer solidaire de la douleur de la famille, de toutes les familles, ça nous a paru indispensable », reprend-il.

Une course

caritative

Sans enjeux sportifs, ce semi-marathon ralliant Monaco à Nice par la Basse corniche, avait pour but de réaliser une levée de fonds en faveur de l'association « Promenade des Anges », de la Fédération nationales des victimes d'attentats et d'accidents collectifs et de la famille de la Laura Borla. « Nous avons pu récolter 11 000 euros de la part des sponsors », détaillent les organisateurs. Succès également du crowdfunding lancé sur internet : « A l'heure actuelle, nous avons dépassé la somme initiale de 5 500 euros grâce à la générosité de 16 donateurs ». Arrivés sur la Prom', les athlètes ont pu se recueillir et s'entretenir avec la tante de Laura Borla, qui revenait sur les lieux pour la première fois.

Habillés de t-shirts floqués « Running for Laura  Borla », les athlètes se sont élancés avec le sourire.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.