“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le préfet maritime de la Méditerranée estime que la tempête Alex a drainé "des centaines de tonnes de bois dans la mer"

Mis à jour le 12/10/2020 à 17:48 Publié le 12/10/2020 à 17:07
A Cagnes-sur-Mr pendant le ramassage du bois échoué sur les plages.

A Cagnes-sur-Mr pendant le ramassage du bois échoué sur les plages. Photo Franz Bouton

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le préfet maritime de la Méditerranée estime que la tempête Alex a drainé "des centaines de tonnes de bois dans la mer"

Le préfet maritime de la Méditerranée, Laurent Isnard, s'est exprimé ce lundi après-midi au sémaphore de Saint-Jean-Cap-Ferrat, sur les moyens maritimes mobilisés suite à la tempête Alex.

"Je n'ai jamais vu ça en plus de 30 ans de navigation"

Laurent Isnard a profité de sa venue pour la signature d'un arrêté préfectoral, concernant les mouillages dans la département, pour parler de la mobilisation mise en œuvre dans l'espace marin, depuis le passage de la tempête Alex.

"Je n'ai jamais vu ça en plus de trente ans de navigation. Il y avait une barrière sur l'eau avec des centaines de tonnes de bois".

À la sortie du Var, l'accumulation de troncs d'arbres a créé "une barrière de front flottant" sur plus de 3km de long et 20m de large.

Face à cette situation, une cellule de crise a été déclenchée dès le samedi 3 octobre, après les premières constatations.

"Nous avons utilisé un hélicoptère et un avion de patrouille maritime pour savoir ce qu'il se passait, raconte le préfet maritime. Cela nous a permis de calculer les dérives des troncs, étalés partout dans la mer, et de faire venir des remorqueurs, qui sont dotés de grues, pour hisser les arbres."

Une quinzaine de plongeurs ont été également mobilisés dont des plongeurs démineurs "qui savent travailler en mer et qui utilisent des drones aériens pour se guider et être efficaces".

La priorité principale: éviter le sur-accident

Le préfet maritime de la Méditerranée, Laurent Isnard.
Le préfet maritime de la Méditerranée, Laurent Isnard. Photo E. M

"La priorité principale est surtout d'éviter le sur-accident, de tout ramasser le long des côtes et ne pas provoquer d'autres événements en mer, souligne Laurent Isnard. Tout ne pourra pas être récupéré mais des moyens extraordinaires sont soulevés".

Parallèlement, la préfecture maritime a signalé à tous les navigateurs les zones de hauts risques ainsi que celles interdites aux cargaisons dangereuses. Pour celles qui passent près des côtes, il est conseillé d'aller à vitesse réduite et naviguer de jour "pour avoir une meilleure visibilité et éviter d'autres accidents". Ces recommandations sont en vigueur jusqu'au 16 octobre.

"On corrige au fur et à mesure, en fonction de ce qu'on repère", précise le préfet maritime. Il souligne également qu'aucune autre pollution que celle tellurique n'a été repérée. "Le but aujourd'hui, c'est de rester prudent."

Les moyens maritimes mobilisés concernent les espaces marins de Menton à Antibes. Après la frontière, pas de moyens mais des accords ont été établis avec les autorités italiennes.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.