Rubriques




Se connecter à

Las de votre vie citadine? A l'éco-hameau du Bois de brindille, il reste des lots à bâtir

Au Cannet-des-Maures, le dessein de Bernard est devenu réalité: le hameau bioclimatique est sorti de terre. Aujourd'hui, le noyau dur de ceux qui entourent le bâtisseur depuis le début de l'aventure, a posé ses cartons. Mais que ceux qui rêvent de s'engager dans pareille aventure humaine se rassurent: il reste neuf lots et vraie volonté de mixer les générations.

Gaëlle Belda Publié le 14/06/2021 à 18:00, mis à jour le 14/06/2021 à 17:33
Les premières maisons sont quasiment achevées. VM

N’avez-vous jamais rêvé d’une vie douce et paisible, dans un havre de paix écologique, à la campagne mais à proximité immédiate de tous les services? De voisins choisis, de respirer le grand air, de voir la solidarité fleurir, de sourire en regardant ses enfants courir librement? Le monde de Oui-Oui, vous dites? Oh… à peu de choses près, c’est plutôt celui du Hameau du bois de brindille, au Cannet-de-Maures. En tout cas, c’est en passe de le devenir.

À l’heure où la crise sanitaire bouscule les cœurs et révolutionne les envies, le temps est peut-être enfin propice au vieux rêve d’habitat collectif de Bernard. Né en 2007, dans sa tête de bâtisseur éco-conscient, devenu réalité entre 2015 - l’acquisition du terrain - et aujourd’hui, il tend les bras aux jeunes et aux familles. Neuf lopins de terre attendent que de nouveaux venus y déposent charpente bois, murs de paille et bagages.

Des maisons bioclimatiques

Ici, on casse les codes de la maison individuelle classique, du lotissement basique. On construit mais selon des règles qui préservent l’environnement et le cadre de vie de tous. Voire, on auto-construit. Cinq lots sont déjà livrés. Les maisons bioclimatiques font environ 120m², sur deux niveaux, avec jardinet et sont mitoyennes pour limiter l’emprise au sol. Pour les lots disponibles, les réseaux sont prêts, les permis déposés et inaltérables. Le terrain - "plat, bien situé, plein d’atouts" - mesure 13.800m².

 

Sur les plans: un bassin, des espaces verts et une salle commune. Il pourra aussi y avoir des aires de jeux. Des décisions qui seront à prendre… collectivement. Sur le blog tenu par les habitants du Bois de brindille, il est écrit que le prix global de l’apport pour se lancer est estimé à 220.000 euros. Ceux qui feront intervenir une entreprise extérieure en auront pour un peu plus cher, bien entendu. Le prix de l’élan de solidarité qui accompagne systématiquement chaque projet? Il est, lui, inestimable.

Un important chantier qui a demandé pas mal de temps et de courage. DR.

Il faut des jeunes!

Marie-Jeanne fait partie du noyau dur, des courageux du tout début de l’aventure, de ceux qui ont mis la main à la paille, géré l’administratif, la com’ et les impondérables. Les pieds dans la boue mais ses valeurs chevillées au corps, elle a avancé comme on arpente un chemin de croix… le plus difficile est passé, assurément.

"Nous sommes trois à avoir emménagé, deux sont en cours d’installation. Nous étions onze au départ, certains ont tout stoppé en cours de route parce que ça a été long et parfois très difficile. Mais les gens qui visitent - et il y en a! - nous disent que c’est top. Nous aimerions maintenant atteindre notre objectif de mixité générationnelle."

Il faut des jeunes pour donner encore un peu de couleur au rêve de Bernard. Des enfants, pour animer joyeusement tous ces hectares. Des actifs, pour apporter encore un autre regard. "Mais attention, on ne vit pas non plus les uns sur les autres! Quand on veut échanger et être ensemble, on peut. Quand on veut rester tranquilles à la maison, on peut aussi. Et heureusement!" 

Toute une philosophie

Ici, on refuse le terme de "communauté". On est dans le collaboratif. Dans la solidarité, l'entraide. Pas question d'être intrusif, de priver l'autre de sa liberté, de ses moments d'intimité, de sa vie de couple et de famille. Quand on s'installe, on est néanmoins conscient de participer à un épopée participative. On s'engage à avancer selon certaines valeurs. 

 

 

Et même pour le projet de construction, chacun gère comme il l'entend. L'idée de départ c'est de bâtir soi-même, mais si ce n'est pas envisageable, des entreprises peuvent intervenir. Il faudra simplement respecter une charte. A l'intérieur des bâtiments, chacun organise les choses selon son goût et ses compétences.

Ne doutez jamais qu'un petit groupe d'individus conscients et engagés puisse changer le monde. C'est même de cette façon que cela s’est toujours produit. - Margaret Mead

Pour contacter le Hameau du bois de brindille et apporter "la petite goutte d’eau qui essaie de faire changer les choses", comme l’explique Marie-Jeanne, tous les contacts utiles et toutes les infos sont sur le blog.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.