“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La Société des Bains de Mer de Monaco et Roquebrune érigent une digue sous-marine pour se prémunir des coups de mer

Mis à jour le 28/02/2019 à 09:05 Publié le 28/02/2019 à 09:05
La Société des Bains de Mer souhaite protéger le Monte-Carlo Beach Club des destructions hivernales systématiques.

La Société des Bains de Mer souhaite protéger le Monte-Carlo Beach Club des destructions hivernales systématiques. Photo Jean-François Ottonello

Monaco-matin, source d'infos de qualité

La Société des Bains de Mer de Monaco et Roquebrune érigent une digue sous-marine pour se prémunir des coups de mer

Les tractopelles sont à l’œuvre depuis plusieurs jours à Roquebrune, plage de Saint-Roman. Elles préparent les travaux de la digue qui devraient protéger le littoral, durement frappé chaque hiver

Une fois de plus, l’an dernier, le littoral roquebrunois a subi les colères de mère nature, qui, par ses vagues déchaînées, lui a collé une bonne raclée. Chaque année c’est pareil. C’est même une des raisons pour lesquelles le Monte-Carlo Beach ferme ses portes durant l’hiver.


Pour limiter les dégâts, la Société des Bains de Mer de Monaco (SBM) a demandé à l’État français l’autorisation de procéder à des travaux de construction d’une digue sous-marine, qui devrait briser la houle avant qu’elle ne se déchaîne contre la côte.


Enquête publique, arrêtés municipaux et préfectoraux ont été pris et la SBM garantit avoir obtenu "toutes les autorisations" pour activer les tractopelles.

Plage renouvelée


Au passage, la plage de Saint-Roman fait peau neuve : nouvelle promenade avec un accès adapté aux personnes à mobilité réduite.


L’Aspona (Association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune-Cap-Martin, Menton et ses environs), inquiète en particulier pour les herbiers de posidonies présents dans la zone, est intervenue plusieurs fois pour demander le report des travaux, et pour indiquer qu’elle préférait "laisser la nature faire son boulot.

"Un endroit
où il n'y a pas de posidonies"

Le maire de Roquebrune, Patrick Césari, réaffirmait dans nos colonnes au début de l’année, sa volonté de voir aboutir le projet : "L’implantation a fait l’objet d’une procédure administrative et les services préfectoraux ont donné leur accord. La digue sous-marine sera réalisée sur un endroit où il n’y a pas de posidonies, mais seulement du sable. Nous avons autorisé la Société des Bains de Mer à construire une digue sous-marine car elle va protéger tout le littoral."


Malgré les réponses qui lui ont été apportées, l’association prévient sur sa page Facebook qu’elle veille au grain, et invite ses sympathisants à les contacter s’ils constatent quelque chose d’anormal.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.