"La situation est particulièrement préoccupante": voici le diagnostic des nappes phréatiques des Alpes-Maritimes

Point de situation dans le département avec le bureau de recherches géologiques et minières concernant nos nappes phréatiques. L’agence publique relève une situation difficile dans les Alpes-Maritimes.

Margot Dasque Publié le 19/09/2022 à 17:35, mis à jour le 19/09/2022 à 17:27
"Les pluies estivales n’ont eu qu’un impact très limité sur les eaux souterraines", annonce le bureau de recherches géologiques et minières. Photo DR

Alors que l’arrêté sécheresse vient d’être reconduit avec un léger allégement pour 70 communes dans les Alpes-Maritimes, qu’en est-il sous nos pieds? "La situation est particulièrement préoccupante au Sud-Est, sur le Bas-Dauphiné, la Provence et la Côte-d’Azur." Voici comment le bureau de recherches géologiques et minières qualifie la situation actuelle de nos nappes phréatiques. Et ce, malgré "une baisse moins rapide qu’en juillet grâce à la limitation des prélèvements".

Qu’en est-il du rôle des rares averses que le département a connu ces semaines passées? "Les pluies estivales n’ont eu qu’un impact très limité sur les eaux souterraines."

 

Le diagnostic ne fait clairement pas rêver: "Les niveaux ont remonté, mais plus discrètement, dans la nappe de la Siagne. Les secteurs autour de Nice et de la vallée du Var ont continué à baisser. Avec un assec à Gillette dans la nappe de la basse vallée du Var, signe d’un niveau particulièrement bas."

Avec une pluviométrie en baisse pour septembre (-35% par rapport à la moyenne), à quoi doit-on s’attendre dans les prochains jours? "En septembre, les épisodes pluviométriques ne devraient pas engendrer une recharge significative des nappes." Effet logique: les sols secs favorisent le ruissellement lors des orages. "Les pluies réussissant à s’infiltrer devraient dans un premier temps permettre d’humidifier les sols et bénéficier à la végétation", précise l’agence publique.

Du côté de Météo France, les spécialistes ne voient pas une révolution arriver: jusqu’en octobre il continuera à faire plus chaud que la normale saisonnière.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.