Rubriques




Se connecter à

La place de l'écologie ?

Naturellement questionné sur la place accordée à l'écologie dans la campagne, François de Rugy assure que de vrais clivages, pourtant « peu connus », sont à l'œuvre.

Publié le 08/04/2017 à 05:17, mis à jour le 08/04/2017 à 05:17

Naturellement questionné sur la place accordée à l'écologie dans la campagne, François de Rugy assure que de vrais clivages, pourtant « peu connus », sont à l'œuvre. Marine Le Pen étant « climatosceptique », dans la lignée d'un Vladimir Poutine ; François Fillon souhaitant « abroger la loi sur la transition énergétique », tandis que les autres candidats « ont intégré l'importance de ce débat mais l'envisagent différemment ».

Pour l'un des étudiants présents à la conférence-débat, une interrogation demeure : « J'ai toujours estimé que ce devait être la grande idée du XXIe siècle. Pourquoi est-ce que ça n'a pas abouti en France ? »

 

François de Rugy opine. Explique avoir longtemps pensé comme le jeune homme. Longtemps souhaité de toutes se forces que l'écologie soit une réelle « force politique ». Avant que la lucidité ne prenne le pas sur l'idéal.

« Les partis écologistes ont une culture minoritaire chez nous. Ils tirent leur origine de mouvements contestataires et se conçoivent donc davantage comme des partis de contre-pouvoir », analyse-t-il. Précisant qu'aucun projet écologiste global n'existe aujourd'hui en France.

« Dès que vous réunissez des gens d'accord sur la question environnementale, ils ne le sont plus sur les autres sujets… », souffle le député.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.