“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Joël, en formation à 51 ans : Il a fallu convaincre Pôle Emploi

Mis à jour le 19/01/2016 à 05:12 Publié le 19/01/2016 à 05:12
Joël, ancien ingénieur en informatique, suit aujourd'hui une formation d'installateur en climatisation, sanitaire et énergies renouvelables.

Joël, ancien ingénieur en informatique, suit aujourd'hui une formation d'installateur en climatisation, sanitaire et énergies renouvelables. François Vignola

Joël, en formation à 51 ans : Il a fallu convaincre Pôle Emploi

Joël Lagrost était ingénieur informaticien.

Joël Lagrost était ingénieur informaticien. À 51 ans, il a décidé de réorienter sa vie professionnelle. Ce changement de cap passe par une formation. Depuis novembre Joël apprend le métier d'installateur en climatisation, sanitaire et énergie renouvelable.

« J'ai toujours pensé que je ferais un métier manuel », sourit-il. Et pourtant ce ne fut pas le cas jusqu'à présent. Ce Grassois avoue avoir dû batailler avec son conseiller Pôle Emploi pour le convaincre de l'orienter vers cette formation : « Il ne comprenait pas qu'après avoir passé toute ma carrière dans un bureau je puisse avoir envie de retourner sur le terrain. Il voulait m'orienter vers les métiers de la domotique… »

Obtenir cette formation n'a donc pas été simple. D'autant que les places étaient comptées : « Il a fallu que je passe un test. Nous étions quarante candidats pour seulement cinq places », explique Joël. Augmenter le nombre de places de formation pour les demandeurs ne peut donc être qu'une bonne chose.

Car ce Grassois considère ces sept mois d'apprentissage comme l'étape incontournable de son virage professionnel. Une réorientation qu'il a pour sa part choisie. Même s'il voyait poindre « le platane au bout de la route ».

« Des nouveaux ingénieurs, il en arrive chaque année par wagon. Ils nous poussent petit à petit vers la sortie. A mon âge, on sent les choses venir… » Joël a donc préféré devancer son retour sur le marché du travail plutôt que d'avoir à le subir. Mais, même si sa démarche est volontaire, pour ne pas dire volontariste, il reconnaît que « ne pas avoir de boulot ce n'est pas son truc ». Son inscription sur les listes de Pôle Emploi ne devrait donc être que transitoire. Grâce aux nouvelles compétences qu'il est en train d'acquérir, ce jeune quinquagénaire dynamique à l'intention de créer sa propre entreprise. Et peut-être que demain, c'est lui qui embauchera.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct