Rubriques




Se connecter à

Fausse alerte sur le littoral monégasque: les riverains médusés

L'annuelle dérive des barquettes de la Saint-Jean a donné quelques sueurs froides à certains Monégasques, soucieux d'un risque de pollution

Skander Farza Publié le 04/05/2017 à 05:10, mis à jour le 04/05/2017 à 13:20
Bien qu'un peu repoussantes, ces vélelles sont totalement inoffensives. Photo DR

Une surprise, qui a tourné à l'affolement pour certains. Dans la matinée de mardi, on pouvait voir les plages monégasques bordées par une masse bleutée à l'apparence repoussante.

L'origine : les barquettes de la Saint-Jean, ces cnidaires (groupe des méduses) qui s'échouent chaque année à cette période sur les côtes azuréennes. Un épisode chronique dans la vie maritime locale, mais qui a été mal interprété dans le contexte actuel.

En effet, les travaux d'extension en mer ayant débuté récemment, plusieurs riverains ont imaginé qu'il y avait un lien entre ces projets et cette masse informe envahissant les plages du Larvotto.

Une dizaine de plaignants ont ainsi joint le standard de Bouygues, l'entreprise en charge des travaux, afin de l'interroger sur cette situation.

 

"Nous avons immédiatement envoyé une équipe sur le site pour vérifier. On se devait d'être sûrs." affirme Oriana Charles-Castelli, responsable environnement du projet.

Test grandeur nature

Car ces animaux échoués ont également trompé les systèmes de contrôle de l'entreprise: "Nous mesurons avec des instruments la turbidité de l'eau, afin de savoir à quel point la mer est troublée. Cette opportunité naturelle nous a démontré qu'ils fonctionnaient bien."

Finalement un test grandeur nature, offert par… dame nature elle-même !

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.