“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Face à un épisode de pollution élevé, les Alpes-Maritimes passent en alerte de "niveau 2"

Mis à jour le 25/02/2021 à 16:20 Publié le 25/02/2021 à 16:28
Cette brume se distingue du brouillard par sa couleur un peu jaunâtre.

Cette brume se distingue du brouillard par sa couleur un peu jaunâtre. Photo El. A.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Face à un épisode de pollution élevé, les Alpes-Maritimes passent en alerte de "niveau 2"

Vous l'avez sûrement remarquée, cette brume, qui depuis deux jours réduit notre visibilité et n'est pas forcément très bonne pour notre santé.

La région Provence-Alpes-Côtes-d'Azur connaît depuis mercredi un épisode de pollution de l'air nécessitant le déclenchement de procédures préfectorales.

Une masse d'air provenant du Sahara apporte des particules désertiques en grande quantité. Auxquelles s'ajoutent, des particules émises par diverses activités comme l'industrie, le trafic routier ou encore le chauffage. 

Depuis ce jeudi, le niveau d'alerte 2 est déclenché dans les Alpes-Maritimes et dans les Hautes-Alpes. Demain, vendredi, une alerte de niveau 1 sera effective dans les Alpes de Haute-Provence. 

Dans le but de réduire cette pollution, des mesures d'urgence ont été mises en place sur les départements concernés par cette procédure d'alerte. 

Selon les prévisions d'AtmoSud, vendredi, le pic de pollution dans le département sera encore plus élevé que mercredi et jeudi. La brume devrait donc s'intensifier.

Ce qu'il faut éviter en cas d'alerte

Le grand public, ainsi que les populations vulnérables comme les femmes enceintes, les nourrissons et enfants de moins de 5 ans, personnes de plus de 65 ans, sujets asthmatiques, souffrant de pathologies cardiovasculaires, d'insuffisances cardiaques ou respiratoires, ainsi que les personnes sensibles comme les personnes diabétiques, immunodéprimées, souffrant d'affections neurologiques ou à risque cardiaque et infectieux, lors d'un pic de pollution, doivent éviter de faire certaines choses, comme: 

Pratiquer une ou des activités physiques intenses qui les obligent à respirer par la bouche;
Eviter les zones à fort trafic durant les heures de pointe;
Privilégier les sorties les plus brèves ou demandant le moins d'effort.

Des conseils pour tous

Lors de phénomènes comme celui que nous vivons depuis mercredi, il est vivement conseillé d'aérer les locaux au moins 10 minutes par jour, été comme hiver. D'être vigilant vis-à-vis des personnes vulnérables ou sensibles. 

Pour polluer moins 

En cas d'épisode de pollution, il est recommandé de limiter vos déplacements avec votre véhicule et différer ceux qui peuvent l'être, de privilégier les transports en commun ou le covoiturage et d'utiliser, si vous le pouvez, des modes de déplacements non polluants. 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.