“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des experts se réunissent pendant trois jours à Monaco pour sauver les coraux du réchauffement climatique

Mis à jour le 05/12/2018 à 14:29 Publié le 05/12/2018 à 05:16
La grande barrière australienne menacée.

La grande barrière australienne menacée. Photo DR

Des experts se réunissent pendant trois jours à Monaco pour sauver les coraux du réchauffement climatique

Une centaine d'experts se réunissent à Monaco pendant trois jours pour tenter de mettre en place des solutions pour préserver au mieux les récifs coralliens du globe.

"Les coraux constituent la plus grande structure construite par des êtres vivants" a précisé, ce mardi, Jean-Pierre Gatuso, lors d'une conférence de presse. Une structure vivante qui agit comme brise-lames, qui préserve des populations entières des effets des marées, mais aussi qui abrite des écosystèmes nécessaires à la survie des populations.

Ce sont des millions de personnes qui sont impactées par la mort progressive des récifs coralliens. Car, comme l'a rappelé Denis Allemand, directeur du Centre scientifique de Monaco: "Si la température augmente de 2°, c'est 99% des récifs coralliens qui mourront". Donc urgence.

Alors, le Yacht-club de Monaco accueille jusqu'au 7 décembre, la première assemblée générale de l'Initiative internationale pour les récifs coralliens (ICRI), dont Monaco assure actuellement la coprésidence.

Pas de plan
de gestion

Pendant trois jours, une centaine d'experts d'envergure internationale, dont le ministre indonésien de la Pêche, participeront à cet événement afin de tenter de mettre en place des solutions pour réduire les menaces que fait peser l'espèce humaine sur les coraux.

Bien sûr, l'aspect biologique sera abordé, mais pas seulement. L'aspect financier également.

"Trop souvent les aires marines protégées sont dépourvues de plan de gestion" a déploré Bernard Fautrier, président de la Fondation Prince Albert II.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct