“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Depuis Monaco, la Chine annonce qu'elle va investir un milliard d'euros sur cinq ans pour l’environnement

Mis à jour le 22/03/2019 à 21:59 Publié le 21/03/2019 à 09:25
Mungo Park, le prince Albert II, Zhu Huiye, et le professeur Michael Nobel.

Mungo Park, le prince Albert II, Zhu Huiye, et le professeur Michael Nobel. Innovator Capital/François Cima

Depuis Monaco, la Chine annonce qu'elle va investir un milliard d'euros sur cinq ans pour l’environnement

La conférence sur le développement des technologies propres a accueilli la semaine dernière des annonces d’investissements majeurs du gouvernement chinois pour la planète.

Pour sa douzième édition, la conférence Monaco CleanEquity a été le théâtre de deux évolutions majeures en matière de protection de l’environnement. Et la Chine y est pour beaucoup.

Monaco CleanEquity, c’est un événement qui réunit des entrepreneurs de technologies propres, ou du moins plus durables, des décideurs politiques, et des professionnels de l’investissement et de la finance. L’objectif est d’accélérer le développement de technologies et d’industries propres.

Invité de marque

Et qui mieux, pour lancer la douzième édition de cet événement majeur, que l’ancien secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, qu’on appelle encore aujourd’hui SG Ban. C’est lui qui était en exercice à l’époque de la COP21 et des Accords de Paris, lesquels avaient fixé des objectifs de développement durable à horizon 2030.

Dans son discours, il a salué « le patronage visionnaire » et « les efforts de plaidoyer de longue date » du prince Albert II en matière de protection de l’environnement.

La précédente édition s’était achevée sur deux annonces: la création d’un prix Nobel du développement durable, et d’une banque d’investissement verte.

Depuis, Mungo Park, à la tête d’Innovator Capital, la société organisatrice de Monaco Cleanequity, et le prince Albert II, ont travaillé d’arrache-pied pour les faire devenir réalité.

Un prix Nobel du développement durable

Le Prix Nobel (Nobel Prize) est une récompense attribuée dans certaines disciplines, créée à la demande d’Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, et financé avec la fortune qu’il a laissée derrière lui à sa mort en 1896. À cette époque, inutile de préciser que le développement durable n’était pas à l’ordre du jour. Cette discipline n’est donc pas récompensée par un prix Nobel.

Ce manque sera bientôt comblé, grâce à la participation du Nobel Sustainability Trust, avec à sa tête le professeur Michael Nobel, arrière-petit-neveu d’Alfred Nobel. Un prix Nobel du développement durable (Sustainability Nobel Award) sera donc bientôt décerné.

Zhu Huiye, vice-président de l’Investment association of China, un organe officiel du gouvernement chinois, a annoncé qu’il apporterait son soutien en créant une filiale à Beijing, et en accueillant les trois premières cérémonies. Une attention qui a touché Michael Nobel : « Le Nobel Sustainability Trust apprécie le soutien qu’apporte la Chine à notre souhait d’accélérer l’ingéniosité humaine en vue d’un avenir durable. »

Et l’Empire du Milieu ne s’est pas arrêté là.

1 milliard sur 5 ans

Depuis quelques années, ce pays connu pour être un gros pollueur a entamé une démarche de “verdification”.

Afin de respecter les objectifs de développement durable n° 9 (Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation) et n° 17 (Partenariats pour la réalisation des objectifs), la Chine a proposé, toujours par la voix de Zhu Huiye, sa participation à la banque d’investissement durable baptisée SFIC (Sustainable Finance & Investment Corporation).

Et pas n’importe quelle participation : pas moins d’un milliard de dollars seront investis par l’État chinois sur les trois à cinq ans à venir. Cet apport sera financé par les gouvernements locaux des provinces chinoises et les grosses entreprises du pays.

Lors de la Monaco Cleanequity, la Fondation Prince Albert 2 a signé un partenariat avec le groupe SkyPower, qui s’engage à soutenir des projets et initiatives de la fondation en matière de promotion des énergies renouvelables et d’accès à l’eau, afin de contribuer aux Objectifs de développement durables définis par les Nations-unies.

Dirigé par Kerry Adler, le groupe Skypower est le leader mondial des panneaux solaires. Implanté dans 60 pays, il a inscrit dans son modèle économique la redistribution de ses revenus à des causes environnementales.

Le soutien à la Fondation pourrait avoisiner les 100 millions d’euros.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct