“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

COP22: le combat pour le climat du prince Albert II

Mis à jour le 16/11/2016 à 05:03 Publié le 16/11/2016 à 05:03
Pour le souverain, il est impératif de veiller à la "bonne santé des mers qui sont nos premiers alliés contre le réchauffement climatique"

Pour le souverain, il est impératif de veiller à la "bonne santé des mers qui sont nos premiers alliés contre le réchauffement climatique" Photo AFP et Palais princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

COP22: le combat pour le climat du prince Albert II

À Marrakech hier, devant un parterre de chefs d'états, le souverain a prononcé un discours pour pousser les décideurs à agir et accomplir les idées validées par l'Accord de Paris

Phase décisive. Une semaine après son ouverture, la 22e session de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) est entrée à Marrakech dans sa phase active. Hier, près de 180 responsables internationaux ont fait le déplacement au Maroc.

Après l'accord de Paris de 2015, ce rendez-vous sur la question climatique entend concrétiser les conversations de Paris de façon ambitieuse. Et finaliser les promesses de réduction de gaz à effet de serre et les coûts engendrés.

Arrivé lundi, le prince Albert II s'est entretenu avec Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la COP, pour évoquer la nécessité de maintenir la dynamique du rendez-vous de Paris en 2015.

Ainsi, à la tribune hier, le souverain a pris la parole au nom du groupe d'intégrité environnementale qui comprenait le Liechtenstein, le Mexique, la Corée du Sud, la Suisse et Monaco.

"Nous sommes ici réunis pour traiter d'un sujet universel et brûlant : celui des moyens concrets par lesquels nous limiterons le réchauffement climatique et atténuerons ses conséquences. Il est remarquable que l'accord de Paris soit entré en vigueur onze mois seulement après l'accord sur son contenu. Cela prouve que le fort élan politique que nous avons créé l'année dernière est toujours avec nous."

Le groupe d'intégrité environnementale a notamment travaillé à garantir la clarté et la transparence d'un système robuste et ambitieux. "Le sujet concerne tous les pays, toutes les catégories sociales. Mais aussi toutes les espèces vivantes, les terres émergées aussi bien que les mers. Il concerne avant tout les générations à venir", a prévenu le souverain à la tribune.

Rassembler sur une même volonté

Et de poursuivre: "L'accord historique signé à Paris a réuni 195 États autour d'une même volonté. Le défi auquel nous sommes aujourd'hui confrontés est de rassembler autour de cette volonté 195 pays, 195 opinions publiques, 195 sociétés civiles, des milliers d'ONG, des centaines de milliers de collectivités locales, des millions d'entreprises… et sept milliards d'individus. Ce défi est aussi d'apporter à un problème universel une réponse qui le soit tout autant, en mobilisant nos contemporains, en les convainquant de construire avec nous le changement dont notre planète a besoin. Cela signifie, bien sûr, agir directement contre les émissions de gaz à effet de serre."

À ce sujet, face à un parterre de dirigeants internationaux, le souverain a mis en avant les objectifs qu'il a fixés pour son pays. Avec à l'horizon 2030, une diminution de 50 % de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Et l'objectif de la neutralité carbone dès 2050. "Nous le ferons par une action portant sur la mobilité, le traitement des déchets et l'efficacité énergétique des bâtiments débarrassés de l'utilisation de sources d'énergies fossiles."

Avant de conclure: "Le combat universel contre le réchauffement de la Terre se livre aujourd'hui, en mobilisant toutes les énergies et l'humanité tout entière."

Attentif aux changements climatiques, le prince Albert II l'est aussi concernant la protection des océans. Une thématique, développée dans son discours hier. "Agir à tous les niveaux, c'est aussi pour préserver les océans, dont nous savons le rôle déterminant pour le climat des continents."

"Maintenir leur bonne santé"

"Notre planète est à plus de 70 % recouverte par les mers qui absorbent plus de 90 % de l'excès de chaleur produit par les activités humaines. Pour que les mers conservent leur irremplaçable pouvoir d'atténuation du changement climatique, nous devons absolument les maintenir en bonne santé, préserver leurs écosystèmes, protéger leur biodiversité et garantir leurs équilibres."

Sur la question, la France, par la voix de sa ministre de l'Environnement Ségolène Royal, a proposé une coalition internationale pour réduire les déchets plastiques en mer. En effet, dans les océans, 75 % des déchets retrouvés sont plastiques. Monaco a signé la déclaration d'intention comme le Maroc, le Chili ou l'Australie. À la tribune, le souverain a lancé un appel, prônant qu'il était important "d'aller plus loin, plus vite, et de tout mettre en œuvre pour que les océans, qui sont nos principaux alliés contre le changement climatique, n'en soient pas les premières victimes".

Le souverain a été accueilli hier à Marrakech, par le roi Mohammed VI.
Le souverain a été accueilli hier à Marrakech, par le roi Mohammed VI. Photo AFP et Palais princier
Pour la photo de famille des chefs d'États, hier, le souverain a posé en première ligne entre le roi du Maroc et l'émir du Qatar.
Pour la photo de famille des chefs d'États, hier, le souverain a posé en première ligne entre le roi du Maroc et l'émir du Qatar. Photo AFP et Palais princier

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.