Rubriques




Se connecter à

Comment Saint-Laurent-du-Var veut éradiquer le plastique de ses plages

Protéger le littoral de la pollution plastique. La municipalité souhaite débarrasser ses plages de ces déchets qui la souillent. De la sensibilisation mais pas d’interdiction. Explications.

Alice David Publié le 17/07/2022 à 11:15, mis à jour le 17/07/2022 à 10:24
La commune s’est engagée à signer deux chartes pour lutter contre le plastique sur ses plages. (Photo Frantz Bouton)

La commune de Saint-Laurent-du-Var s’est engagée à signer deux chartes pour protéger son bord de mer. Celle mise en place par le ministère de la Transition écologique et solidaire, "une plage sans déchet plastique" et celle proposée par la région Sud "zéro déchet plastique en Méditerranée".

"On va évaluer l’efficacité de notre action"

Les municipalités signataires s’engagent à travers trois domaines d’actions: la sensibilisation des parties prenantes du territoire, la prévention des matières plastiques utilisées et l’optimisation de la gestion des déchets plastiques. Une élue et une agent technique seront les référentes zéro plastique de la municipalité (1).

L’opposant, Marc Orsatti a mis en garde la municipalité: "C’est bien de mettre en place une charte mais il faudrait vérifier si elle est respectée." À Danielle Hébert de lui répondre: "nous allons évaluer les effets de nos actions. Avec la Métropole, il y a une démarche qui va être faite. Celle d’évaluer les quantités de plastique que l’on trouve sur un territoire et sur une période donnée, on va évaluer l’efficacité de notre action." Après avoir listé les différentes démarches déjà mises en place par la commune, Danielle Hébert a annoncé que la municipalité allait "placer des cendriers avec un message ludique sur le bord de mer. Il y a deux compartiments et le fumeur va être incité à mettre son mégot dans le dispositif et à voter."

 

"J’ai pas compris", a lâché Marc Orsatti. "Moi non plus", a admis le maire. "C’est un sondage", a essayé d’éclairer le premier adjoint, Thomas Berettoni. Après avoir compris, Joseph Segura a blagué: "Selon vous, qui est arrivé en premier, l’œuf ou la poule?". Rires dans l’assemblée. Après avoir confessé qu’il s’offrait de temps en temps quelques bouffées de tabac pendant l’été, Marc Orsatti a suggéré: "Pourquoi ne pas interdire le tabac sur les plages?" Joseph Segura a répondu: "je ne suis pas forcément pour toutes les sanctions. Interdire tout ce n’est pas l’idéal d’autant qu’il faut qu’il y ait un suivi. Un peu de liberté et de la responsabilité."

 

 

1. L’adjointe au maire déléguée au Développement durable, Danielle Hébert, et une agent technique, Véronique Nouzilleau chargée de mission développement durable.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.