“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Comment préserver la biodiversité avec l'urbanisation de Beausoleil?

Mis à jour le 09/11/2016 à 05:14 Publié le 09/11/2016 à 05:14
Les élus de Beausoleil, de Vence et le spécialiste ont échangé autour de la préservation de la biodiversité.

Les élus de Beausoleil, de Vence et le spécialiste ont échangé autour de la préservation de la biodiversité. Photo archives Nice-Matin

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Comment préserver la biodiversité avec l'urbanisation de Beausoleil?

Le spécialiste du développement durable Guillaume Sainteny a évoqué à Beausoleil et Menton l’équilibre entre urbanisation et préservation de la biodiversité

Il est venu évoquer son dernier ouvrage. Guillaume Sainteny a donné une conférence à Sciences Po Menton, lundi, autour de la question soulevée par son livre « Le climat qui cache la forêt. Comment la question climatique occulte les problèmes d'environnement ».

Puis hier, l'enseignant à Polytechnique et ancien membre du Conseil national du développement durable s'est rendu à Beausoleil. Pour échanger avec Gérard Destefanis, l'adjoint au maire en charge des finances, de l'administration générale, du sport et Lucien Bella, l'adjoint au maire en charge de l'environnement, du développement durable et des espaces verts, autour de l'urbanisme, de l'environnement, de la préservation de la biodiversité…

Une question d'équilibre

Il a d'abord été question d'une problématique. Beausoleil est confrontée au même problème que beaucoup d'autres communes des Alpes-Maritimes : trouver l'équilibre entre une demande pour de nouveaux logements, parfois venue de l'État, et la volonté de préserver le patrimoine naturel. Il faut donc trouver des solutions. A Vence, par exemple, il est question de mettre en place un système fiscal bénéficiant aux propriétaires qui « pensent à la biodiversité », explique Patrice Miran, l'adjoint au maire de Vence délégué à l'environnement et au développement durable, lui aussi présent hier. Toucher à la fiscalité n'est pas à l'ordre du jour, à Beausoleil, même si Gérard Destefanis se dit « intéressé par le côté impôt négatif ».

Guillaume Sainteny a donc avancé plusieurs pistes de réflexion. L'obligation réelle environnementale, par exemple. Ce contrat permet de mettre en place des obligations « ayant pour finalité le maintien, la conservation, la gestion ou la restauration d'éléments de la biodiversité ou de fonctions écologiques », selon les textes.

Des espaces verts ou des constructions ?

Un élément est beaucoup revenu, dans les conversations : les « dents creuses », ces « parcelles non construites entourées par des terrains bâtis ».

« On préconise de construire là plutôt que de créer un étalement urbain », explique Guillaume Sainteny. Mais là aussi, les communes doivent faire un choix : « Est-ce qu'on essaye de conserver des espaces verts dans ces dents creuses ou est-ce qu'on construit ? », pose-t-il. Et à Beausoleil ? Réponse prudente de Gérard Destefanis : « Il y a une réflexion qui est en cours et rien n'est décidé dans un cas comme dans l'autre. Il faut trouver le bon équilibre ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.