“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Comment les jardiniers de Monaco luttent contre le charançon de l'agave

Mis à jour le 30/10/2018 à 08:22 Publié le 30/10/2018 à 16:30
En novembre, les opérations de débroussaillage reprendront sur la partie publique de la falaise.

En novembre, les opérations de débroussaillage reprendront sur la partie publique de la falaise. Photo JSGA

Comment les jardiniers de Monaco luttent contre le charançon de l'agave

Après de multiples attaques du charançon de l'agave, la société Vegetech, partenaire du Palais princier, a choisi "purger" les agaves du Rocher. Objectif: tuer le parasite avant la repousse des plantes au printemps

RELIRE On sait pourquoi le Jardin animalier de Monaco est fermé jusqu'à l'année prochaine

Introduit en 1998 en Italie, probablement à l’occasion d’échanges commerciaux, le charançon de l’agave s’avère coriace. Gourmand de plantes succulentes, il n’a pas de prédateurs en Europe comme dans les pays exotiques.

À l’instar du charançon du palmier, qui ne se délectait que du palmier Phœnix avant de dévorer d’autres espèces, le Scyphophorus acupunctatus s’adapte et laisse les jardiniers quelque peu démunis.

En attendant, Denis Gerenton explique le choix d’avoir coupé, plutôt qu’arraché les agaves.

"Garder le système racinaire"

"La société Vegetech a demandé à l’EMTA de les couper et de ne pas les arracher pour garder le système racinaire en vie. De ce fait, elles vont repousser et, tous les ans, il va falloir purger. Garder le système racinaire permet d’éviter que toute la terre retenue par les racines ne tombe d’un coup à la première pluie."

Désormais, il n’y a plus qu’à attendre la sortie d’hiver, et la repousse – rapide — des agaves, pour voir si des charançons ont survécu.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.