Comment la Métropole de Nice se prépare aux risques météorologiques en 3 points

L’été s’achève. Chaud et sec. Préparant le lit d’un automne qui pourrait être assorti d’épisodes pluvieux intenses. La Métropole Nice-Côte d’Azur et l’État et toutes les communes concernées se sont réunis, ce lundi, pour voir comment anticiper les intempéries.

Christine rinaudo Publié le 19/09/2022 à 14:05, mis à jour le 19/09/2022 à 15:24
Anticiper au maximum pour éviter les conséquences catastrophiques d’une éventuelle et nouvelle tempête comme ci-dessus à Roquebillière, lors de la tempête Alex en octobre 2020: c’est l’objectif de la réunion entre les représentants de la Métropole Nice Côte d’Azur et de l’État. Photo archives Nice-Matin

Une immense table. Autour de laquelle tous les maires de la Métropole Nice-Côte d’Azur se sont réunis ce lundi matin, sous la présidence de Christian Estrosi et en présence du préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez.

À l’ordre du jour: la préparation contre les risques d’intempéries de l’arrière-saison. Pour ne plus revivre la tempête Alex et parce que l’été, qui s’achève sur un bilan caniculaire et particulièrement sec, laisse craindre un retour de vague avec un automne favorable aux fortes intempéries.

Le territoire est très exposé aux risques d’épisodes méditerranéens. Voilà pourquoi cet aréopage a permis de préparer des actions coordonnées afin de ne pas se laisser submerger au cas où… Voici, en 3 points principaux, ce qu’il convient de retenir de cette réunion.

1. Relocaliser Météo France à Nice

En matière de vigilance météo, la Métropole et le préfet demandent à l’État une simplification du process de décision avec la relocalisation des moyens de Météo France.

Concrètement, Météo France à Aix-en-Provence, c’est trop loin. "Il faut une antenne locale, basée à Nice, avec des ingénieurs prévisionnistes dédiés qui connaissent parfaitement les spécificités de notre territoire", martèle Christian Estrosi.

 

2. La possibilité d’alerter par SMS

En matière de prévention, les participants souhaitent la mise en place du dispositif Cell broadcast, également appelé FR-Alert, qui permet d’alerter toute une population sur une zone géographique donnée, via des SMS diffusés sur les smartphones des riverains des zones à risques. Le préfet a annoncé l’arrivée de cette alerte dès le 15 octobre.

3. Un exercice de préparation à une crise

En matière de "rodage" dans l’éventualité d’une nouvelle catastrophe climatique, les intervenants ont convenu de mettre en place un large exercice à l’échelle métropolitaine simulant un épisode méditerranéen.

Une opération "blanche" sera organisée d’ici la mi-octobre avec les services de l’État et tous les partenaires concernés (associations, secours…) pour tester tous les dispositifs, à commencer par la maîtrise des téléphones satellitaires.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.