“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Bernard Fautrier : "L’électrique est passé à la vitesse supérieure"

Mis à jour le 30/03/2018 à 08:36 Publié le 30/03/2018 à 08:35
Bernard Fautrier, engagé très tôt dans ce qu’il est convenu d’appeler maintenant la transition énergétique.

Bernard Fautrier, engagé très tôt dans ce qu’il est convenu d’appeler maintenant la transition énergétique. Photo Jean-François Ottonello

Bernard Fautrier : "L’électrique est passé à la vitesse supérieure"

Le vice-président de la Fondation Prince Albert II, écolo de la première heure, constate une évolution nette du transport propre. De quoi attirer un large public au prochain salon Ever

Le tout écolo, le tout durable, le tout environnemental… Ce qui est considéré comme indispensable aujourd’hui, était audacieux au début des années 2000.

Dans la logique du prince Albert II et de son discours d’Avènement, Bernard Fautrier a fait partie de cette première génération de militants monégasques. Il préside Ever Monaco, l’événement dédié aux énergies renouvelables et à la mobilité durable le plus ancien de la Principauté. Depuis 2005, les constructeurs automobiles et de deux-roues, les énergéticiens et toutes les entreprises en relation avec le secteur lui sont fidèles au travers de la présentation de véhicules nouveaux et de technologies innovantes.

Le salon se tiendra au Grimaldi Forum, du 10 au 12 avril, avec plus de marques, plus de modèles et toujours des conférences et tables rondes pour ne parler que transport électrique.


Rencontre avec Bernard Fautrier, également vice-président et administrateur-délégué de la Fondation Prince Albert II de Monaco.


Quelles sont les nouveautés du salon cette année?
Nous favorisons les start-up. Et...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct