“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Baisse du pétrole: les Azuréens retrouvent de l'énergie

Mis à jour le 16/12/2015 à 05:13 Publié le 16/12/2015 à 05:13
Dès le 1er janvier, les taxes sur les carburants seront alourdies en lien avec la contribution « climat énergie ».

Dès le 1er janvier, les taxes sur les carburants seront alourdies en lien avec la contribution « climat énergie ». Frantz Bouton

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Baisse du pétrole: les Azuréens retrouvent de l'énergie

Le diesel en dessous d'un euro : un seuil économique mais aussi psychologique est franchi. « Le retour au juste prix ». Mais faut-il s'en réjouir à l'heure du bilan de la COP21 ?

Alors que des stations varoises commencent à afficher un diesel à moins d'un euro, le consommateur, qui avait l'habitude de pester sur la hausse discontinue des énergies fossiles, retrouve le sourire.

« Là où autrefois le moindre soubresaut géopolitique voyait les prix du baril s'envoler, l'arrivée des États-Unis en premier producteur de brut, devant l'Arabie Saoudite et la Russie, bouleverse l'économie mondiale. À cela s'ajoute le ralentissement de la croissance économique en Chine, le retour de l'Irak sur le marché et l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) qui, pour préserver ses parts de marché, ne ferme plus ses robinets… Il y a donc plutôt pléthore de pétrole », note Éric Layly, porte-parole départemental de la Fédération des combustibles (FF3C).

Coup de pompe dès le 1er janvier

Une guerre économique dont profitent de multiples secteurs et bien entendu les particuliers. Mais comment ne pas s'interroger. Ce carburant à petit prix est-il soluble dans l'accord de la COP 21 ?

D'un autre côté, ce cadeau à la pompe s'étiolera avec la fin des fêtes de Noël. Dès le 1er janvier, les taxes sur les carburants seront alourdies en lien avec la contribution « climat énergie » censée défavoriser les énergies les plus polluantes.

Une hausse de + 3,5 centimes par litre de gazole et + 2 centimes par litre de sans-plomb 95 (SP95). Seul le SP-E10 (« bio-carburant » pouvant contenir jusqu'à 10 % d'éthanol) n'aura pas sa fiscalité augmentée.

« Nous verrons bien la suite des événements, mais la baisse du baril n'aura finalement que peu de répercussions sur le pouvoir d'achat en général », estime le Toulonnais Patrick Hautière, représentant régional de l'Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV), qui réunit plus de 2 500 adhérents.

Les professionnels prédisent toutefois un brut à prix toujours très doux en 2016. Ce qui devrait mieux faire passer la pilule amère des « additifs taxés » qui doivent bientôt y être ajoutés.

À la pompe, des automobilistes ravis !

Moins d'une pièce d'un euro pour un litre de gasoil. À la pompe, et ce n'est pas si fréquent, les automobilistes avaient hier le sourire ! À la station Total, route de Grenoble à Nice, certains découvraient que le seuil symbolique avait été franchi. « Alors là, voilà une bonne nouvelle, sourit Chantal Moissières, 39 ans, que le prix a incité à s'arrêter pour faire le plein. Je n'avais pas vraiment prévu, j'avais encore la moitié du réservoir. Mais bon, on ne sait jamais trop combien de temps ça dure les bonnes affaires. »

Derrière son comptoir, Philippe Riou, gérant de la station Total, voit des sourires s'afficher au moment de payer le carburant. C'est dimanche que le grand panneau d'affichage de l'entrée a franchi le seuil symbolique.

Il était hier à 98 centimes le litre. « Je ne peux pas dire qu'il y a eu une hausse de la fréquentation. En revanche, les clients sont ravis. Ils apprécient beaucoup que ce soit à moins d'un euro. C'est un seuil psychologique important pour eux. Dans les faits cela ne change pas grand-chose car depuis quelque temps, le litre de gasoil flirtait avec la barre de l'euro. Mais c'est vrai que le voir dessous, ça fait la différence quand même. Et, sur un plein, comparé à il y a quelques mois, cela se fait sentir. »

Illustration prix du carburant.
Illustration prix du carburant. Photo Frantz Bouton

Il y en a un pour lequel le changement est réellement notable. C'est Stéphane Gaudaire, chauffeur de bus, qui vient de garer son imposant véhicule devant les pompes. C'est formidable, il faut que ça continue comme ça. Moi, quand je fais un plein complet dans le car, c'est 500 litres. Les économies sont très importantes, ce n'est pas pour moi mais pour mon patron ! »

Entre le temps où le gasoil était à 1,10 euro et maintenant, ce sont près de 60 euros qui ont été économisés à chaque plein. « C'est une bonne nouvelle. En revanche, poursuit le chauffeur, les stations services s'amusent. J'habite dans les Hautes-Alpes, dès que les vacanciers arrivent, ils augmentent les prix. »

Cette baisse est également un soulagement pour les petits budgets. C'est le cas de celui de Boggart Drouart, 19 ans. « ça fait du bien au portefeuille ! Je ne suis pas venu exprès, mais j'ai entendu l'information à la radio alors j'en profite. Pour un jeune comme moi, c'est une bonne chose. Cela donne quand même l'impression qu'on se moque un peu de nous avec ces taxes. Un coup c'est plein pot et un coup ça baisse. En tout cas je ne regrette pas d'avoir choisi le diesel, je fais 10 000 à 15 0000 kilomètres par an, et là ça devient intéressant. » Et c'est bien là que réside tout le paradoxe de cette baisse. À l'heure où le gouvernement entend faire marche arrière sur le diesel, il n'a jamais été aussi bas.

Comprenne qui pourra.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.