Rubriques




Se connecter à

Baignade interdite à cause d'un risque de pollution à Menton

En raison d'un déversement d'eaux usées, Menton et Roquebrune ont pris un arrêté. Il faudra attendre les résultats partiels, aujourd'hui, pour savoir si la mesure se pérennise ou non

Stéphanie wiélé et alice rousselot Publié le 25/08/2017 à 05:16, mis à jour le 25/08/2017 à 09:27
Depuis hier midi, l'ensemble des plages de Menton est interdit à la baignade et le drapeau rouge a été hissé. La mesure concerne les seules plages de Carnolès à Roquebrune. Michael Alesi

Une mer calme sous un ciel laiteux… Lorsqu'un brusque coup de sifflet rompt la quiétude du lieu. Un nageur sauveteur fait des grands signes à une nageuse qui s'élançait vers la grande bleue sans avoir vu la flamme rouge, hissée dans la matinée. Au même moment, les questions fusent à l'ombre du poste de surveillance de la plage du Casino, à Menton. En anglais. En français. En italien. Sourcils froncés, l'inquiétude reste la même : "Pourquoi la baignade est-elle interdite?"

Chacun échafaude une hypothèse. "Requin?", "méduse?", "vent?" Réponse laconique des sauveteurs en mer: "Pollution marine."

Depuis hier midi, un arrêté a été pris par la mairie afin d'interdire la baignade sur tout le littoral mentonnais, de la plage d'Hawaï à celle du Borrigo. La pratique de toute activité nautique est également proscrite (lire encadré). La mesure a été étendue aux seules plages de Carnolès, à Roquebrune*.

"Dans la nuit de mercredi à jeudi, une alarme s'est déclenchée au niveau du déversoir d'orage du Bastion, situé en amont de la station d'épuration de Menton, indique Véolia Eau Méditerranée dans un communiqué. Le débit d'eaux usées dans l'usine a fortement chuté (...) un hamas de filasse et des morceaux de bois obstruaient le déversoir d'orage, générant un déversement d'eaux brutes dans un premier temps au niveau du Bastion et dans un second temps au travers de l'émissaire."

 

Véolia précise que l'écoulement des eaux a été rétabli vers 9 h 30, hier, et que deux bateaux dépollueurs sont intervenus "pour nettoyer et oxygéner les plans d'eau ".

48 heures pour les analyses complètes de l'eau de baignade

Une première analyse - partielle - sera rendue dès aujourd'hui, visant à détecter la présence de deux bactéries**.

"Si le bilan est satisfaisant, nous pourrons rouvrir les plages en accord avec l'Agence régionale de santé (ARS)", précise Sylvain Michelet, directeur des services techniques de la Ville.

Si les résultats ne sont pas concluants, il faudra attendre une autre analyse - plus complète - laquelle permettra de savoir le niveau exact de pollution.

"Ces résultats seront connus samedi et en fonction de ceux-ci, nous déciderons de maintenir l'interdiction ou pas", poursuit-il. Information confirmée par l'ARS.

 

Et de vouloir rassurer: "L'arrêté est préventif. Nous devions surtout interdire la baignade sur les plages situées autour de la station d'épuration mais, par précaution, nous avons choisi d'étendre la mesure à toute la commune."

En attendant, les surveillants de plage de Menton - répartis sur cinq postes - restent vigilants. Attentifs à ce que personne ne mette un pied dans la mer.

"De plus, un bateau sillonne le littoral pour faire respecter l'arrêté et avertir les baigneurs déjà dans l'eau", précise Christophe Fabri, adjudant et responsable du dispositif plage.

Sur les galets chauds, l'idée de ne pas pouvoir se rafraîchir les orteils ne pose pas franchement problème… à condition que cela ne dure pas trop longtemps.

"Nous sommes en vacances jusqu'à samedi. J'espère simplement pouvoir me baigner avant de rentrer en Italie", commente le Turinois Matteo. Un magazine dans les mains, la vacancière Marie-Anne prend la nouvelle avec philosophie. Tout comme son fils et son mari qui bouquinent sur la serviette.

"Nous trouvons toujours à nous occuper. Et puis, c'est l'occasion de visiter l'arrière-pays ou de se balader en ville." Même en eaux troubles, les vacanciers comptent bien profiter de la cité. Brasse coulée ou pas.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.