“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Alerte au tsunami après un séisme de magnitude 6,9 au large de la Nouvelle-Zélande

Mis à jour le 04/03/2021 à 18:42 Publié le 04/03/2021 à 18:41
Une plage en Nouvelle-Zélande, le 30 avril 2020.

Une plage en Nouvelle-Zélande, le 30 avril 2020. Photo AFP

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Alerte au tsunami après un séisme de magnitude 6,9 au large de la Nouvelle-Zélande

"Des vagues de tsunami atteignant 0,3 à 1 mètre sont possibles", a prévenu le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique.

Un séisme de magnitude 6,9 s'est produit au large de la Nouvelle-Zélande dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 mars (heure locale), a annoncé l'Institut américain de géophysique (USGS), entraînant une alerte au tsunami. Le tremblement de terre a frappé à 180 km au nord-est de la ville de Gisborne, à une profondeur relativement faible de 10 km.

"Des vagues de tsunami atteignant 0,3 à 1 mètre sont possibles", a prévenu le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique, basé à Hawaï (Etats-unis). Le tremblement de terre a été fortement ressenti dans l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Plus de 50.000 personnes l'ont signalé sur l'application de surveillance locale Geonet. Aucun dommage ni victime n'ont été signalés pour le moment.

La Nouvelle-Zélande est située sur la "ceinture de feu" du Pacifique, zone de jonction de plaques tectoniques à forte activité sismique et volcanique. Le pays du Pacifique Sud a récemment marqué le dixième anniversaire du séisme de Christchurch, de magnitude 6,3, qui avait fait 185 morts dans la ville située sur l'île du Sud.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.