Rubriques




Se connecter à

À Séville, Solar Impulse entre dans l'Histoire

L'avion électrique porté par l'énergie solaire s'est posé hier matin en Espagne après avoir traversé l'océan Atlantique. Une première historique accomplie par son pilote, Bertrand Piccard

À séville :CEDRIC VERANY Publié le 24/06/2016 à 05:09, mis à jour le 24/06/2016 à 05:09
En approche au-dessus de la capitale andalouse au petit jour, Solar Impulse s'est posé à 7 h 38 sur le tarmac de l'aéroport de Séville, pour la première fois en Europe, après une traversée transatlantique. Solar Impulse

C'est une scène comme on voit dans les films. Ou que l'on raconte dans les livres d'histoire. Ce sera le cas dans un siècle, qui sait ? Le 23 juin 2016 à 7 h 38, le premier avion solaire à avoir franchi l'océan Atlantique se posait sur l'aéroport de Séville, apprendront peut-être un jour les futures générations.

Le rêve fou de Bertrand Piccard est devenu réalité. Après trois jours et trois nuits, l'aéronaute suisse a réalisé l'exploit de traverser l'Atlantique avec Solar Impulse. Soit 6 765 kilomètres avalés en 71 heures et 8 minutes, à une vitesse moyenne de 95 km/h pour cet avion électrique alimenté à la seule énergie solaire captée par des panneaux photovoltaïques recouvrant ses ailes.

Émotion partagée

Un avion large comme un Boeing mais faisant tout juste le bruit d'une Tweezy lancée à vive allure. À observer de près sa longue carlingue fuselée, en partie translucide, et son étroit cockpit, on se dit qu'il faut bien du courage aux pilotes pour avoir en alternance pris les rênes de cet avion pour traverser déjà trois continents et deux océans.

Un avion étonnamment fragile au sol. Mais impressionnant en vol, à l'image de l'entrée majestueuse qu'il a fait dans le ciel sévillan hier à l'aube, croisant au passage la Lune qui tombait et le Soleil qui s'éveillait.

 

Ce moment, la centaine de privilégiés invités à attendre l'arrivée de Solar Impulse sur le tarmac espagnol ne l'oublieront pas. Surpris d'avoir les yeux qui brillent à l'apparition du petit appareil blanc.

Parmi eux, Oriane, la fille de Bertrand Piccard, le regard braqué sur le ciel, guettant l'arrivée de son aventurier de papa. Sans cacher son émotion. « J'avais 4 ans quand il a commencé ses projets, 6 ans quand il a réussi son tour du monde. Mais on ne s'habitue jamais vraiment à le savoir engagé dans tous ses projets », glisse-t-elle avant de fondre dans les bras de son père.

Vers un nouveau monde ?

Solar Impulse, c'est une histoire de familles. Celle de Bertrand Piccard, qui l'attendait hier à Séville, en particulier son épouse qui coordonne le projet. Mais aussi une famille d'idées, de convictions, formée avec André Borschberg, frère d'armes de cette aventure, qui partage son expérience de vol en solitaire. Lui a traversé le Pacifique du Japon à Hawaï en juillet dernier. Et Bertrand Piccard tenait à voler au-dessus de l'Atlantique.

« Tous les aventuriers qui se sont lancés dans des traversées transatlantiques ont eu en eux la symbolique du passage de l'ancien au nouveau monde. Et Christophe Colomb le premier, souligne-t-il. Aujourd'hui, l'ancien et le nouveau monde, ce ne sont plus des continents, mais un état d'esprit. Celui de laisser derrière nous un monde polluant pour choisir une démarche environnementale. Et Solar Impulse symbolise ce passage de l'ancien au nouveau monde. »

 

Un prêche pour certains. Une philosophie pour d'autres. Mais qui a trouvé de l'écho dans la région aride d'Andalousie, très en pointe sur la protection de l'environnement et de l'eau en particulier.

L'Espagne, seule étape européenne de l'aventure Solar Impulse, a d'ailleurs offert comme comité d'accueil à l'avion une escorte aérienne de la patrouille nationale qui a tracé un drapeau espagnol dans le ciel rosé. Faisant passer le regret que les caprices du temps ne permettent pas une arrivée à Paris, pour suivre la mythique route du Paris-New York.

Et après ?

Aujourd'hui, Solar Impulse, projet né en Suisse et opéré depuis Monaco, entend résonner dans toute l'Europe. « Notre rôle aujourd'hui est de faire comprendre aux gens le formidable attrait des technologies protectrices de l'environnement », souligne André Borschberg.

Les deux pilotes viennent d'ailleurs d'acter la création d'un comité international consacré aux nouvelles technologies qui sera le legs du projet Solar Impulse. Encadré par des personnalités engagées dans la protection de l'environnement comme le prince Albert II, l'ancien vice-président américain Al Gore ou l'industriel Richard Branson, le comité souhaite conseiller les gouvernements et entreprises qui le souhaitent à accroître leurs capacités dans un engagement environnemental. Avec Solar Impulse pour vitrine.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.